Rôle de l'endotoxémie métabolique sur le tissu adipeux blanc au cours du développement des maladies métaboliques

par Élodie Luche

Thèse de doctorat en Physiopathologie cellulaire, moléculaire et intégrée

Sous la direction de Rémy Burcelin.

Soutenue en 2011

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Les maladies métaboliques telles que le diabète de type 2 et l'obésité sont associées à une inflammation de basse intensité. Cette inflammation, retrouvée notamment au niveau du tissu adipeux, a été décrite comme délétère au cours de l'insulino-résistance. Le facteur moléculaire et initiateur de ce processus inflammatoire reste inconnu. Nous avions précédemment montré qu'un régime riche en gras induisait une augmentation de la concentration en lipopolysacharides (LPS) dans le sang circulant (endotoxémie). Le but de cette étude a donc été de mieux appréhender l'impact d'un facteur bactérien d'origine intestinale comme les LPS sur le tissu adipeux blanc afin de savoir s'il pouvait cibler directement le tissu adipeux et initier le développement de l'inflammation. Exclusivement basée sur l'étude de modèles animaux in vivo, notre approche expérimentale nous a permis de démontrer que les LPS d'origine nutritionnelle pouvaient être initiateurs des maladies métaboliques en agissant de façon directe sur le tissu adipeux. En effet les LPS sont capables d'agir directement sur les cellules du tissu adipeux en initiant l'inflammation et l'hyperplasie de ce tissu favorisant son développement et l'apparition de maladies métaboliques. Nous avons également mis en évidence le rôle des cellules myéloïdes en réponse au LPS au cours du développement du diabète de type 2. Ainsi limiter l'action du LPS sur le tissu adipeux en diminuant les concentrations plasmatiques pourrait être une stratégie efficace pour réduire l'impact délétère des modes alimentaires hyperlipidiques.

  • Titre traduit

    Role of metabolic endotoxemia on white adipose tissue during metabolic diseases


  • Résumé

    Metabolic diseases, such as type 2 diabetes and obesity, are strongly associated with low-grade inflammation. During the last decade, this inflammation has been well studied in white adipose tissue and was described as a potential candidate able to promote insulin-resistance. However, the molecular factor at the origin of this inflammatory process is unknown. We previously showed in the laboratory that high-fat diet induces an increase of plasmatic lipopolysacharides concentration in mouse. In this context, our aim was to investigate if an intestinal factor such as LPS was able to directly target the white adipose tissue and initiate the inflammatory process. Exclusively based on a rodent model study, our original experimental approach allowed us to demonstrate that LPS directly targets the white adipose tissue and could be one of the initiator factors of metabolic diseases. Indeed, LPS are able to directly mediate inflammation and hyperplasia on adipose tissue cells promoting adipose tissue development and associated-metabolic diseases. During my PhD, we also highlighted the link between LPS, myeloid cells and adipose tissue inflammation showing that LPS was able to target this tissue by an indirect pathway. Taken together, these results show that a strategy lowering plasmatic LPS amounts could be very promising in order to reduce the deleterious impacts of a high fat diet.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (170 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 156-169. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 TOU3 0333
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 10193
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.