Éthique de la recherche biomédicale dans les pays émergents : mise en place de comités d'éthique en Afrique

par Jean-Paul Rwabihama

Thèse de doctorat en Santé publique et éthique

Sous la direction de Anne-Marie Duguet et de Catherine Girre.

Soutenue en 2011

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Ethics committees for biomedical research in emerging countries : establishment of ethics committees in Africa


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Au fil des années, l'éthique de la recherche médicale a pris une ampleur remarquable. La complexité de l'entreprise de la recherche et les enjeux éthiques que soulève la conduite des essais cliniques dans les pays africains nous ont interpelés. S'interroger sur les formes de protection des populations vulnérables de ces pays du Sud part du constat suivant : la création des comités d'éthique en Afrique a été réalisée pour faciliter l'expansion de la recherche biomédicale au Sud à partir des textes de référence occidentale. L'application des principes éthiques ainsi développés s'intègre difficilement dans la culture africaine et malgré les bienfaits de la recherche médicale, il persiste pour les populations africaines, une impression d'exploitation. Dans ce contexte et pour proposer de nouvelles pistes de réflexion, il nous a semblé important de rassembler certains principes généraux de l'éthique de la recherche et les textes de référence s'y rapportant, dont l'application en Afrique ne s'articule pas harmonieusement avec les valeurs socioculturelles locales. Les notions du consentement éclairé et de l'autonomie de la personne se heurtent à certaines valeurs africaines comme la vie en communauté avec l'appartenance identitaire à son ethnie, dont les intérêts passent avant ceux de l'intéressé. Les particularités liées au contexte africain comme l'analphabétisme, l'inaccessibilité des soins de santé primaires, différentes représentations traditionnelles paraissent inadaptées aux exigences actuelles de l'éthique de la recherche. Ce contraste entre les pays du Nord et ceux du Sud est très perceptible dans ce domaine. Comment solliciter des participants à un projet de recherche pour l'évolution de la médecine moderne quand 80% de ces potentiels participants se soignent par la médecine traditionnelle ? Précisons, cependant, que l'intérêt de poursuivre la recherche médicale dans les pays du Sud ne peut être mis en cause mais la manière de la conduire nécessite une profonde révision. Ainsi pour nous rendre compte concrètement du processus de création des comités d'éthique chargés de protéger les participants à la recherche médicale, une enquête menée dans 20 pays africains a montré l'évolution de l'éthique dans cette région. La consultation des sites ANRS en Afrique et du réseau panafricain des essais cliniques effectuée ultérieurement a confirmé un fonctionnement évolutif du partenariat Nord-Sud. Mais il persiste une nécessité de contextualisation et une indépendance à renforcer. Cette tâche peut être réservée aux scientifiques et chercheurs en sciences humaines et sociales africains. Il convient d'africaniser les principes fondamentaux de l'éthique de la recherche pour que l'africain adhère à la démarche de la recherche médicale conduite dans son milieu en s'appropriant des principes révisés à partir des repères socioculturels qui l'identifient.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (290 p. + annexes)
  • Annexes : Bibliogr. p. 276-290

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 TOU3 0303
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.