Autocontrôle et adaptation de la difficulté dans l'apprentissage d'une habileté motrice

par Mathieu Andrieux

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Bernard Thon.

Soutenue en 2011

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse concerne l'étude des processus cognitifs impliqués lors de l'adaptation de la difficulté de la tâche dans l'apprentissage d'une habilité motrice. Plus précisément, dans une série de trois expériences nous avons adapté la difficulté de la tâche au niveau d'habileté de l'apprenant selon deux méthodes : l'autocontrôle et l'adaptation selon des règles. Les données obtenues dans la première étude montrent que les participants qui peuvent, à chaque essai de pratique, déterminer le niveau de difficulté dans une tâche d'anticipation-coïncidence manifestent une meilleure rétention à long-terme de l'apprentissage que ceux pour lesquels le niveau de difficulté est imposé. Les résultats de la seconde expérience révèlent que les participants qui peuvent ajuster la difficulté de la tâche en début de pratique surpassent les performances en rétention de leurs homologues qui peuvent uniquement choisir ce paramètre en fin de pratique. Les données de la troisième étude montrent qu'une difficulté " automatiquement " adaptée à la performance de l'apprenant suivant des règles préenregistrées par l'expérimentateur améliore davantage l'apprentissage qu'une condition de pratique dans laquelle la difficulté demeure maximale et constante. De manière générale, le fait de mettre l'apprenant dans un environnement de pratique autorisant une adaptation de la difficulté à sa performance permettrait d'améliorer l'apprentissage : 1) par une optimisation du traitement de l'information (selon l'hypothèse du " challenge point "), et 2) par une augmentation de la motivation de l'apprenant, et son maintien au cours de la pratique, due à son implication active dans la situation d'apprentissage.

  • Titre traduit

    Self-control and adaptation of difficulty in motor ability learning


  • Résumé

    This thesis focuses on the study of the cognitive processes underlying the adaptation of task difficulty in motor skill learning. In a series of three experiments, we adapted the task difficulty to the skill level of the learner according to two methods: self-control and performance-based adaptive schedule. The data of the first experiment revealed that participants who can set the level of difficulty, before each trial, in a complex coincidence anticipation task demonstrated a better long-term retention of learning than those for which this parameter was imposed. The data of the second experiment revealed that learners who could adjust the task difficulty during the beginning of the acquisition phase outperformed their counterparts who could freely adjust this parameter during the end of the acquisition phase. In the third experience, we demonstrated that a performance based adaptive schedule led to a better learning that a condition in which the level of difficulty remained maximal and constant. Broadly speaking, a practice condition in which the level of task difficulty change contingent on the learner's performance is supposed to enhance learning: 1) by optimizing the information processing (according to the challenge point hypothesis), and 2) by enhancing the learner's motivation due to his active involvement in the learning process.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (141 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 120-132

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 TOU3 0141
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.