Burnout et agressivité au travail : une analyse longitudinale auprès de personnels soignants

par Narjes Sassi

Thèse de doctorat en Gestion des ressources humaines

Sous la direction de Jean-Pierre Neveu.

Soutenue le 28-09-2011

à Toulouse 1 , dans le cadre de École Doctorale Sciences de Gestion (Toulouse) , en partenariat avec Centre de Recherche en Management (équipe de recherche) .

Le jury était composé de Emmanuel Abord de Chatillon, Olivier Herrbach, Jacques Igalens.

Les rapporteurs étaient Martine Brasseur, Nathalie Richebé.


  • Résumé

    Les managers et les chercheurs s’intéressent de plus en plus à la compréhension du burnout au travail ainsi qu’à ses causes et ses conséquences. L’étude du burnout semble d’autant plus cruciale que ce risque psychosocial peut motiver des comportements agressifs à l’encontre des individus au travail et de l’organisation. Même si la relation entre burnout et agressivité semble évidente, peu d’études ont cherché à étudier les rouages de cette association. L’objectif de cette thèse est donc de suivre de manière processuelle la relation burnout/agressivité au travail auprès d’un échantillon de personnel soignant. Le modèle testé se base sur la théorie de conservation des ressources du stress (Hobfoll, 1989) et sur la théorie émotionnelle de l’agressivité (Fox & Spector, 1999) et met en relation des variables organisationnelles et individuelles. Les hypothèses sont testées par le biais d’une étude longitudinale sur trois temps de mesure. Les résultats mettent en avant le rôle déterminant de l’épuisement émotionnel dans ce processus au détriment de ceux de la fatigue physique et de la lassitude cognitive. Seul l’épuisement émotionnel médiatise la relation entre certains facteurs de stress (charge quantitative de travail, ambiguïté de rôle et conflits interpersonnels) et l’agressivité à l’encontre des patients et de l’organisation. Les résultats montrent également que le rôle modérateur des ressources sociales reste mitigé dans l’atténuation du burnout et que la peur de la sanction est un frein indéniable des comportements d’agressivité. Les contributions théoriques de cette recherche, les implications managériales ainsi que les voies futures de recherche sont discutées.

  • Titre traduit

    Burnout and workplace aggression : a longitudinal study with nursing staff


  • Résumé

    Burnout becomes a major concern at work appealing managers’ and researchers’ attention to its causes and consequences. In particular, burnout may act as a trigger of employees’ workplace aggressive behaviors towards individuals and organizations. Despite its relevance, little is known about the interplay between burnout and workplace aggressive behaviors. This doctoral dissertation aims to fill this gap by examining the dynamic processes relating burnout to aggression at work. Drawing upon the conservation of resources theory of stress (Hobfoll, 1989) and emotional-based theories of workplace aggression (Fox & Spector, 1999), we develop and test an integrative model including organizational and individual variables. A 3-wave longitudinal field study is conducted with a sample of nursing staff. Results highlight the mediating role of emotional exhaustion between relevant stressors (quantitative workload, role ambiguity and interpersonal conflicts) and aggressive behaviors towards patients and the organization. Little support is found for the buffering effects of social resources between stressors and burnout; whereas the fear of punishment exerts an inhibiting effect on aggressive behaviors. Theoretical contributions, managerial implications and avenues for future research are discussed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.