Le Conseil de sécurité des Nations Unies et le droit de l'occupation de guerre

par Majouba Saihi

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Jean-Marie Crouzatier.

Soutenue en 2011

à Toulouse 1 Capitole .


  • Résumé

    Le Conseil de sécurité est l'organe principal du système onusien chargé du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Face à une situation illégale, il ne peut donc l'ignorer et s'en désintéresser. Cependant, la perpétration d'un acte à la légalité controversée par l'un ou plusieurs de ses membres permanents peut nous laisser entendre que l'organe politique onusien aura des difficultés à remplir son rôle. Les membres permanents vont tenter d'instrumentaliser le Conseil de sécurité afin de diminuer l'illégalité de la situation. Ceci pose avec acuité le problème du contrôle de son activité en matière de maintien de la paix. L'accomplissement d'un acte illégal par un ou plusieurs membres permanents du Conseil de sécurité nécessite alors de réfléchir à des moyens d'ordre juridique pour limiter son pouvoir. Cette réflexion s'avère particulièrement pressante lorsque le Conseil est confronté à une occupation de guerre impliquant ses membres permanents ou, lorsqu'il crée ou autorise des opérations de paix de grandes envergures suite à un conflit armé impliquant ses membres permanents. Afin de limiter les prérogatives du Conseil de sécurité, le régime juridique de l'occupation tel qu'énoncé par le Règlement de La Haye (IV) de 1907 et la IVe Convention de Genève de 1949 devrait être appliqué par l'organe politique onusien lorsqu'il intervient dans une situation d'occupation de guerre impliquant ses membres permanents. L'objectif est d'éviter qu'il n'attribue aux puissances occupantes des missions qui dépassent le cadre juridique imposé par le droit des conflits armés. L'autorisation, par le Conseil de sécurité d'opérations de paix, telles qu'une administration civile transitoire ou une force multinationale avec un mandat de la paix avec recours à la force armée, suite à un conflit armé impliquant ses propres membres permanents, ouvre le débat sur leur réglementation. Alors, il sera proposé une interprétation progressiste de la définition de l'occupation telle qu'énoncée par le Règlement de La Haye (IV) de 1907 et la IVe Convention de Genève de 1949 afin d'y intégrer ces nouvelles formes d'occupations pacifiques, présentant de grandes similitudes avec les occupations de guerre. Ainsi, le régime juridique de l'occupation pourra leur être appliqué.

  • Titre traduit

    ˜The œSecurity Council of the United Nations and the Legal Regime of Occupation of war


  • Résumé

    The Security Council is the primary body of the UN system responsible for peacekeeping and international security. In cases when Security Council members are themselves perpetrators of international law violations one could conclude that this political body has difficulties infulfilling its mandate. The danger exists that Security Council members in violation of international law will implicate the Security Council in justifying illegal decisions. The violation of international law by a Security Council member therefore requires a legal mechanism to limit the powers of this body. This is particularly relevant for cases of occupation involving its permanent members, or, when the Security Council creates or authorizes large-scale peace-keeping operations folllowing an armed conflict involving its own members. In order to limit the powers of the Security Council, this study proposes to impose a legal regime of administration as stipulated by the IV (1907) Hague and the 4th 1949 Geneva Convention, according to which the Security Council intervenes when a territory is administrated by one of its permanent members. The authorization by the Security Council of peace-keeping operations, such as transitional civil administration or multinational peace-keeping force mandated to use force, following an armed conflict involving its own members, opens the debate of their regulation. Consequently a progressive interpretation of occupation as defined by the IV (1907) Hague and the 4th 1949 Geneva Convention is porposed in order to encompass new forms of peaceful occupations which contain clear similitaries with military occupations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XVI-405 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 358-405

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de l'Arsenal.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : KJV164/R5/2011-34

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de l'Arsenal.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1001-2011-21
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.