La construction électorale des politiques municipales : Travail politique de conquête et de gestion d’une capitale régionale (Strasbourg 1973-2001)

par Virginie Anquetin

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Renaud Dorandeu.

Soutenue en 2011

à Strasbourg .


  • Résumé

    La thèse s’articule autour de l’étude de la maîtrise par une équipe socialiste de ressources politiques variables, car valorisées dans des configurations électorales opposées – en situation oppositionnelle, et en position de gestion – dans la perspective de la pérennisation ou de l’amélioration de leur position dans la compétition, à Strasbourg entre 1973 et 2001. Elle montre que les politiques municipales ne constituent pas la traduction de programmes politiques, ou bien le simple résultat de l’activité de personnels administratifs et de communautés d’experts, ou encore la réponse rationnelle des maires et de leurs services à des « problèmes » qui se poseraient objectivement. Les politiques municipales peuvent être analysées au contraire comme la mise en cohérence a posteriori de l’activité des maires et des services municipaux dans une logique de production des suffrages et de préparation de l’élection. Les maires peuvent combiner pour ce faire un éventail complexe de réalisations visibles ou de dépenses discrètes et de justifications, dans un souci perpétuel d’ajustement aux contraintes fluctuantes de la compétition électorale : désamorçage des critiques de l’opposition, attraction de commentaires journalistiques favorables. Les analyses de la Cour de Louis XIV par Norbert Elias appliquées à l’organisation polycéphale municipale permettent de comprendre comment les intérêts électoraux des maires se diffusent et sont pris en charge par les membres de leur majorité et de l’administration municipale ou de ses partenaires.

  • Titre traduit

    The electoral construction of municipal policies : The political work to win and to manage a regional capital city (Strasbourg 1973-2001)


  • Résumé

    This work studies the efforts made by a group of political actors bearing a socialist marking to master different political resources, variable because required in opposite electoral configurations – in the opposition then at the head of the municipality – to maintain or improve their position in the competition, in Strasbourg (France) from 1973 to 2001. It shows that municipal public policies do not proceed from political programs, or simply result from the activities of municipal administrations or expert communities, or consist in mayors’ rational responses to accurate and obvious problems. Rather than being consistently organized, the activities of the mayor and the municipal administration are displayed as consistent after they are performed, in order to generate electoral support and prepare election. Mayors can combine a complex range of obvious projects, discreet expenses, and appropriate justifications, channeled by their constant preoccupation for the changing constraints of electoral competition : to minimize or render harmless the opposition’s criticisms ; to attract favorable or positive comments from journalists. By applying Norbert Elias’s analysis of French King Louis XIVth’s Court, one understands how the electoral interests and plans of the mayor are supported by the municipal administration and by the members of majority or their partners and allies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (867 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : FT.Strasbourg.2011
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque de droit.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 - ANQUETIN Virginie
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.