Citoyennes sous tutelle : le mouvement féministe « radical » dans l’Allemagne wilhelmienne : présupposés, enjeux, stratégies

par Anne-Laure Briatte-Peters

Thèse de doctorat en Etudes germaniques

Sous la direction de Monique Mombert et de Sylvia Paletschek.

  • Titre traduit

    Citizens under guardianship : the « radical » women’s movement in Wilhelmine Germany : presuppositions, stakes, strategies


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La présente thèse de doctorat vise à saisir les enjeux du mouvement féministe « radical » de l’Allemagne wilhelmienne. Pour ce faire, elle identifie les présupposés théoriques de ses revendications et ses stratégies d’action. L’objectif de ces travaux de recherche est de rendre visibles les formes d’intervention politique de ces femmes engagées dans leur siècle, qui aspiraient, dans un contexte peu propice à l’expression d’une volonté politique féminine, à participer au progrès et à apporter leur contribution aux réflexions suscitées par l’avènement de la modernité. Comment s’articulaient les luttes proprement féministes du mouvement féministe « radical » avec son projet politique, qui touchait la société allemande dans son entier? Cette interrogation définit le cadre de notre enquête. L’organe de presse central du mouvement féministe « radical », intitulé Frauenbewegung. Revue für die Interessen der Frauen, paru pendant un quart de siècle, constitue l’élément majeur de notre corpus de sources. L’examen de la phase de constitution du mouvement féministe « radical » allemand situe ce mouvement dans son contexte discursif et dégage de premiers éléments de stratégie, définis par des enjeux sociaux, éthiques et anthropologiques. Se dessinent en filigrane des représentations de l’État, de la citoyenneté et de l’autonomie de l’individu qui se précisent à l’apogée du mouvement féministe « radical », où il s’agit, pour ses chefs de file, de s’imposer comme des actrices de la vie politique. La dernière partie de notre enquête s’interroge sur les circonstances du déclin que connut le mouvement féministe « radical » avant et pendant la Première Guerre mondiale, ainsi que sur l’héritage idéel de ce mouvement après sa disparition en 1919.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par P. Lang à Bruxelles [etc.], Berlin, Bern

Citoyennes sous tutelle : le mouvement féministe "radical" dans l'Allemagne wilhelmienne


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (583 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. vol. 2 p. 491-563. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TM.500.732,2011,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TM.500.732,2011,2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par P. Lang à Bruxelles [etc.], Berlin, Bern

Informations

  • Sous le titre : Citoyennes sous tutelle : le mouvement féministe "radical" dans l'Allemagne wilhelmienne
  • Dans la collection : Convergences , vol. 70 , 1421-2854
  • Détails : 1 vol. (XIV-461 p.)
  • ISBN : 978-3-0343-1209-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [411]-429. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.