Les Grecs turcophones orthodoxes : une étude sociolinguistique

par Maria Zerva

Thèse de doctorat en Etudes néo-helléniques. Sociolinguistique

Sous la direction de Irini Tsamadou-Jacoberger.

Soutenue en 2011

à Strasbourg .


  • Résumé

    Cette étude est focalisée sur deux communautés de Grecs orthodoxes turcophones, descendants des réfugiés d’Asie Mineure (Bafra, Ioannina et Nea Bafra, Serrès). Les communautés, initialement monolingues (turc), sont passées au grec dans le cadre du processus de l’assimilation linguistique. En s’appuyant sur un corpus d’entretiens, nous analysons le discours recueilli dans le but d’esquisser les dynamiques sociolinguistiques dans ce cas de diglossie, pour répondre à la question classique qui parle, quelle langue, à qui et quand ? La notion de représentations sociales est empruntée à la psychologie sociale et adaptée à la sociolinguistique pour rendre compte du fait que nos analyses s’appuient sur des déclarations, sur du « discours sur » la réalité, qui est ainsi (ré)élaborée en fonction des besoins du présent. L’adaptation théorique et méthodologique a constitué l’un des principaux enjeux de la thèse afin de répondre à la question : comment repérer les représentations sociales ? Pour ce faire, nous avons combiné une analyse de contenu thématique à une analyse discursive fine. La prise en compte du contexte de l’interaction, mais aussi du contexte socio-historique, nous a permis de déceler le rôle important que jouent la mémoire, l’idéologie et les Discours dominants dans la construction de l’identité et des représentations sociales des témoins.

  • Titre traduit

    ˜The œTurkish-speaking Greek orthodox : a sociolinguistics study


  • Résumé

    This study focuses on two Turkish-speaking Greek orthodox communities, descendants of Asia Minor refugees (Bafra, Ioannina and Nea Bafra, Serres). These communities, originally monolingual in Turkish, have switched to Greek as a result of a language shift process. The analysis is based on an interview corpus and aims to provide an outline of the sociolinguistic dynamics in this bilingual environment, in order to give an answer to the classic question: who speaks what language to whom and when? The social representation is a notion borrowed from social psychology and adapted to sociolinguistics to account for the nature of our data: they consist of statements, namely of “discourse on” reality, which is (re)elaborated depending on the existing needs. The theoretical and methodological adaptation of the notion has been one of the main issues of the PhD thesis. The best answer to the question how to locate social representations seems to be a combination of a thematic content analysis and of a detailed discourse analysis. It is essential to consider the interaction context as well as the socio-historical context in order to detect the important role of memory, ideology and dominant discourses in the construction of identity and of social representations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (556 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 525-547

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TM.500.732,2011

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Mi 1477
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.