Lorsque la bête pense comme un ange : la possibilité d'une dogmatique pascalienne

par Paul Edward Szobody

Thèse de doctorat en Théologie protestante

Sous la direction de André Birmelé.

Soutenue en 2011

à Strasbourg , en partenariat avec Théologie protestante (Strasbourg) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Il est curieux de noter combien le phénomène historique du jansénisme et de la communauté religieuse de Port-Royal est capable de fasciner les historiens, les hommes de belles lettres, et les philosophes, mais qu’il y ait toujours une étrange absence de théologiens qui s’y intéressent. De fait, il y a peu d’études scientifiques sur la pensée dogmatique des théologiens port-royalistes. Par leurs idées profondément enracinées dans la tradition polémique augustinienne de l’université de Louvain, contre l’influence de la nouvelle scolastique moliniste et de la nouvelle morale des casuistes jésuites, les théologiens jansénistes en France ont su placer cette polémique sur le plan pratique de l’Eglise. Par conséquent, les jansénistes ont bouleversé le milieu religieux et la culture française des XVIIe et XVIIIe siècles. En bref, le jansénisme était un mouvement et ecclésial et doctrinal, principalement en France, s’inscrivant comme une mouvance de réforme au sein de la contre-réforme romaine, pour restaurer l’ancienne qualité de pénitence par le moyen d’une culture théologique et spirituelle expressément augustinienne. Les jansénistes ont identifié deux problématiques, les deux reliées (selon eux) à l’absence dans l’Eglise de l’authentique conversion opérée par la grâce. Leur mouvement proposait en général une réponse pratique et une autre dogmatique : 1) renouveler la vie ecclésiale par la voie de la restauration d’une discipline pénitentielle d’une qualité semblable à celle qui se trouvait dans l’antiquité ; et, 2) approfondir, sur le plan théologique, le sens du péché originel et de ses effets actuels, afin de définir la qualité exacte de l’œuvre de la grâce nécessaire pour convertir le pécheur après sa déchéance. De fait, les écrivains jansénistes ont produit un vaste fonds riche des écrits qui touchent l’ampleur de la science théologique. De plus, depuis la dernière partie du XXe siècle, des chercheurs comme L. Ceyssens, J. Orcibal, L. Lafuma, J. Mesnard et Ph. Sellier, parmi d’autres, ont fait des travaux scientifiques qui ont aidé à éliminer, ou au moins à diminuer, les anciennes caricatures du jansénisme. Ils ont alors ouvert des nouvelles pistes pour des recherches théologiques plus objectives et plus respectueuses de l’authenticité augustinienne du dogme de ce mouvement. . .

  • Titre traduit

    When the beast thinks like an angel : the possibility of a Pascalian dogmatic


  • Résumé

    It is a curious thing to note to what extent the historical phenomenon of Jansenism and the religious community of Port-Royal is able to fascinate historians, people of letters and the philosophers, but there is a strange absence there of interested theologians. In fact, there are few scholarly studies on the dogmatic thought of Port-Royal theologians. Through their thought, profoundly rooted in the Augustinian polemical tradition of the University of Leuven aimed against the new scholastic of Molinism and the new moral theology of the Jesuit casuists, Jansenist theologians in France adeptly put their polemical efforts in the practical arena of the Church. As a result, the Jansenists shook up the religious circles of 17th and 18th century French culture. Briefly stated, Jansenism was a churchly and doctrinal movement, principally in France, that is best understood as an attempted reform within the heart of the Roman counter-reform, and whose goal was to restore the ancient quality of penitence by way of a theological and spiritual culture expressly Augustinian. The Jansenists identified two problems, both caused (in their estimation) by the absence in the Church of authentic conversion operated by grace. Their movement proposed in general a practical response as well as a dogmatic one: 1) renew the life of the Church through means of penitential discipline, one modeled after that of the ancient Church; and 2) deepen, by way of theology, the understanding of original sin and its present affects in order to define the exact nature of the work of grace necessary for the conversion of the sinner in his/her postlapsarian state. In so doing, the Jansenist writers produced a vast and rich corpus of literature that touches the breadth of theological science. Furthermore, since the last part of the twentieth century, scholars like L. Ceyssens, J. Orcibal, L. Lafuma, J. Mesnard and P. Sellier, among others, have carried out research that helps to eliminate, or at least to diminish, the older characterizations of Jansenism. Thus, their works have opened new vistas for theological research that is more objective and respectful of the Augustinian authenticity of this movement’s doctrine. . . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (403 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 369-403

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TM.500.728,2011
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Bibliothèque des Facultés de Théologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : NR121
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.