Essays on the econometric evaluation of monetary business cycle models

par Frédo Jean-Baptiste

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Frédéric Dufourt.

Soutenue en 2011

à Strasbourg .

  • Titre traduit

    Essais sur l'évaluation économétrique des modèles de cycle économique monétaires


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l’évaluation économétrique du modèle néo-keynésien. Ce modèle constitue à l’heure actuelle un cadre de référence pour l’étude de la politique monétaire, à la fois dans le milieu académique et dans les institutions ayant à leur charge la conduite de la politique monétaire. Cette thèse confronte le modèle néo-keynésien aux données américaines et européennes et cette confrontation s’organise autour de trois points principaux : la capacité du modèle à reproduire la persistance de l’inflation, à expliquer la source de la Grande Modération , c'est-à-dire la stabilité des données macroéconomiques observées depuis 1980 jusqu’à la récente crise financière, et enfin la capacité du modèle à expliquer la nature endogène (ou non) des changements de régime de politique monétaire. L’estimation du modèle conduit à trois résultats principaux. Tout d’abord, le modèle reproduit parfaitement la persistance de l’inflation dès lors que la cible d’inflation de la banque centrale fait partie des variables expliquant l’inflation dans la courbe de Phillips néo-keynésienne. Ensuite, le modèle reproduit la Grande Modération et montre que ses origines sont liées à une bonne conduite de politique monétaire et aussi à la diminution de la volatilité des chocs exogènes affectant l’économie. Enfin, les changements de régime de politique monétaire sont endogènes dans la Zone Euro, tandis que pour le cas américain, ils sont beaucoup plus liés aux périodes auxquelles un nouveau président de la Réserve change est désigné, dans le cas américain.


  • Résumé

    This thesis focuses on the econometric evaluation of the new-Keynesian model. This model is now a benchmark one for the analysis of monetary policy, both in academic and policy-making institutions. This dissertation fits the new-Keynesian model to U. S. And European data, and the model is evaluated on its ability in matching inflation persistence, in explaining the Great Moderation, i. E. The idea that economic data after 1980 until the Great Recession of 2008 are more stable than before. Finally, the estimated model is used to shed light on whether changes in U. S. And European monetary policy are endogenous or not. Our results are as follows. First, the estimated model matches inflation persistence as soon as the new-Keynesian Phillips curve includes the inflation target of the central bank as a variable that explains inflation. Second, the explanations for the Great Moderation are both an improved monetary policy and smaller variance of shocks that U. S. And European economy have experienced. Third, changes in European monetary policy appear to be endogenous, while changes in U. S. Monetary policy are closely associated with the dates at which Fed Chairmen change.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 141-150

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Pôle Européen de Gestion et d'Economie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH/2011/JEA
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.