Mémoire, oubli et imaginaires urbains, étude de deux hauts-lieux de la mémoire communiste à Berlin-Est : le Palais de la République et le Musée de la Stasi

par Marie Hocquet

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie politique

Sous la direction de Michel Rautenberg.

Le président du jury était Ahmed Boubeker.

Le jury était composé de Marina Chauliac, Agnès Deboulet, Manuel Delgado, Ulrich Pfeil.


  • Résumé

    Berlin est une ville qui suscite un nombre impressionnant d'images liées à l'histoire du 20eme siècle. Rares sont les villes qui condensent autant d'empreintes dans lesquelles on peut lire les grands événements qui marquèrent l'Europe et le monde. Sur les ruines du siècle passé, Berlin tente aujourd'hui de s'ériger en capitale allemande, un centre du pouvoir politique et économique, la ville reflet d'une démocratie allemande qui se veut modeste et exemplaire. La chute du Mur est un événement qui, pour ses contemporains, a sans conteste débouché sur une rupture d'intelligibilité. Si elle ouvre de facto de nouvelles perspectives à venir, cette rupture d'intelligibilité n'en préfigure pas moins un rapport radicalement nouveau au passé. En Allemagne réunifiée, et plus particulièrement à Berlin, un vaste travail de réévaluation des passés s'est amorcé, ayant pour objectif de combler de sens la nouvelle donne née de l'événement 1989. Le traitement des hauts-lieux du communisme, qui s'effectue de concert avec un vaste travail sur le passé de la RDA, répond à de multiples exigences qui se déclinent en termes politiques, identitaires et économiques. Il importe à la fois de comprendre comment la construction de récits officiels du passé communiste s'inscrit dans une dynamique globale de constitution et 'inscription de récits nationaux de la nouvelle Allemagne dans l'espace urbain de la capitale, et de porter une attention particulière à la réception de ces reconstructions du passé au sein des "publics" berlinois. Comment des références communes à la RDA se construisent-elles? Et comment, en retour, des récits alternatifs de la ville et de ses passés viennent-ils s'opposer aux interprétations, parfois homogénéisantes, que propose le« Nouveau Berlin»?

  • Titre traduit

    Memory, oblivion and imaginary realms, study oftwo centers of the communist memory in East-Berlin : the Palace of the Republic and the Stasi Museum


  • Résumé

    Berlin is a city that spawns an irnpressive imagery related to the history of the 20th century. Few other cities contain so many !andmarks of the great events that shaped Europe and the world. From the ruins of the past century, Berlin is now trying to set itself up as German capital, center of political and economic power, which embodies the German democracy that sees itself as modest and exemplary. The collapse of the Wall is an event that has undoubtedly led to a break of intelligibility for those who lived within it. However much it opens de facto new prospects for the future, this break of intelligibility also foreshadows a radically new relationship with history. ln reunified Germany and especially in Berlin a large scale job of reevaluation of the past has begun, airning at bringing sense to the new historica~ political, economie and social order born from 1989. The treatrnent of the high places of communism, which takes place in conjunction with an extensive work on the past of the GDR, addresses multiple requirements formulated in political and economie terms as weil as in terms of identity. It is important to understand both how the construction of official narratives of the communist pastis part of an overall dyoamic of incorporation and of registration of narratives of the new Germany in the urban space of the capita~ and to pa y special attention to the reception of these reconstructions of the past within the 11public arena" in Berlin How does a common history of the GDR take shape? And how, in turn, do alternative narratives of the city and its past contradict the interpretations sometimes homogenizing proposed by the "New Berlin"?


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.