Vers un modèle intégrateur « expérience-acceptation » : rôle des affects et de caractéristiques personnelles et contextuelles dans la détermination des intentions d'usage d'un environnement numérique de travail

par Florence Février

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive

Sous la direction de Éric Jamet.

Soutenue en 2011

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Notre recherche s'inscrit dans le domaine de la relation homme-technologie et se focalise plus spécifiquement sur le processus d'adoption d'un Environnement Numérique de Travail (ENT). Il est de plus en plus admis, dans la littérature, que l'utilisabilité est un critère nécessaire mais non suffisant pour prédire et expliquer l'acceptation des technologies (Bonnardel et al. , 2006 ; Bonnardel, Piolat & Le Bigot, 2011 ; Demirbilek & Sener, 2003 ; Dillon, 2001 ; Hassenzahl, Beu & Burmester, 2001 ; Helander, 2003 ; Norman, 2004a, 2004b ; Robert, 2008). Par conséquent, il est aujourd'hui recommandé de prendre en compte d'autres facteurs dits non instrumentaux, en plus de l'utilité et de l'utilisabilité. Pour répondre à ces évolutions, nos travaux s'inscrivent dans une démarche qui combine les approches de l'acceptation et de l'expérience utilisateur (UX). Une place est ainsi donnée, aux aspects ergonomiques, hédoniques, mais aussi aux affects et aux caractéristiques des utilisateurs. Au sein de ce cadre théorique, cette thèse poursuit un double objectif : 1) examiner, d'une part, l'effet du niveau de complexité des tâches à réaliser et, d'autre part, l'effet d'une l'humeur préalable négative sur les variables de l'UX et de l'acceptation ; 2) aboutir à un modèle structural intégrateur « expérienceacceptation » qui rende compte du rôle joué par des variables instrumentales et non instrumentales dans le processus d'adoption des technologies. Les principaux résultats montrent, notamment, que les perceptions d'utilisabilité sont consistantes avec le niveau réel d'utilisabilité (en accord avec les propos de Thüring et Mahlke (2007)). De plus, il apparaît que les affects et l'utilisabilité perçue sont particulièrement sensibles à la manipulation du système, tandis que les qualités hédoniques perçues ne le sont pas. Ces dernières restent stables dans le temps, quelles que soient les conditions d'interaction. Ces résultats sont consistants avec ceux de Hassenzahl (2003, 2004) et Van Schaik et Ling (2008, 2011). Enfin, un modèle structural intégrateur encourageant est obtenu. Il met notamment en évidence que les caractéristiques des utilisateurs, la sphère affective, les qualités hédoniques perçues ainsi que les jugements d'utilité et d'attrait contribuent à la détermination des intentions d'usage d'un ENT. Sur la base de l'ensemble de nos résultats, nous proposons, en discussion, un méta-modèle théorique pour l'étude de l'adoption des technologies

  • Titre traduit

    Toward an integrative "experience-acceptance" model : examining the role of affects and of individual and contextual characteristics in the determination of intention to use an Intranet system


  • Résumé

    This research anchors in the domain of humantechnology interaction and focuses on the technology adoption process. The target system is a digital work environment (an Intranet system). It is now widely admitted that usability is a necessary but not sufficient criterion for predicting and explaining technology acceptance (Bonnardel et al. , 2006 ; Bonnardel, Piolat & Le Bigot, 2011 ; Demirbilek & Sener, 2003 ; Dillon, 2001 ; Hassenzahl, Beu & Burmester, 2001 ; Helander, 2003 ; Norman, 2004a, 2004b ; Robert, 2008). Consequently, it has been recommended that non instrumental variables be taken into account. In this line, this thesis combines both approaches of technology acceptance and user experience (UX). A role is thus given to ergonomic, hedonic, affective aspects and also to user characteristics. In this theoretical framework, this research aims at realizing two main goals: 1) examining the effect of the complexity level of tasks and of user mood on UX and technology acceptance variables ; 2) providing an integrative structural model that account for the contribution of instrumental and non instrumental variables in the technology adoption process. The main results notably show that usability perceptions are consistent with real usability level (what is in line with Thüring and Mahlke (2007) suggestions). In addition, it appears that affects and usability are particularly reactive variables to system usage, while perceived hedonic qualities are not. These last perceptions are stable over the time whatever the interaction conditions. These results are consistent with those of Hassenzahl (2003, 2004) and Van Schaik and Ling (2008, 2011). Lastly, an encouraging integrative structural model is obtained. This structural model notably suggests that user characteristics, affective variables, perceived hedonic qualities, utility judgment and global appeal significantly contribute to the determination of usage intention. On the basis of this set of results, an integrative theoretical metamodel for the study of technology adoption is proposed in the last chapter

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (338 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 313-327. 249 réf. bibliogr. Index des tables et des figures. 2 annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2011/24

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011/REN2/0011
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.