Heidegger et la systémique : vers le lieu de pensée

par Laurent Millischer

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Alain Juranville.

Soutenue en 2011

à Rennes 1 .


  • Résumé

    De notre temps, Heidegger donne un double diagnostic pour le moins tranchant : temps d’accomplissement de la fin de la philosophie d’une part, et de la domination de la cybernétique sur l’intégralité de la considération de l’étant d’autre part, par quoi elle vient à constituer comme la véritable métaphysique de ce temps. Ces interprétations pointent vers cet autre événement, capital pour leur entente, qu’est l’émergence et le déploiement de la systémique, fondant et unifiant le multiple de la science moderne comme théorie générale du Système comme tel. Ce travail tente une relecture de l’oeuvre de Heidegger à la lumière de cet événement, seul à même de donner le plein sens à la radicalité de ses interprétations, et surtout à leur nécessaire jointure. Le temps de la « technique achevée » est ainsi essentiellement et intégralement déterminé par le déploiement de la triade systémique énergie-commande-connexion, se substituant à la constitution onto-théo-logique de la métaphysique. Substitution en forme de simulacre d’accomplissement, dont la pensée se trouve dès lors exclue au profit de la Production pure. Un tel renversement impose de questionner à nouveau frais la texture du lieu de pensée, laissé comme reste par cette substitution. Ce topos, par essence dual, peut s’entrevoir comme articulation d’un cadre trinitaire, à partir du Quadriparti heideggérien et d’une tripartition de l’Accord (Austrag) qui lui est sous-jacent, selon les trois thèmes de la copropriation (Ereignis), de la coappartenance (Zusammengehörigkeit) et de la correspondance (Entsprechung).

  • Titre traduit

    Heidegger and the systemics : towards the place of thought


  • Résumé

    Of our times, Heidegger gives a quite decisive double diagnosis: times of the accomplishment of the end of philosophy on the one hand, and of the domination of cybernetics over the whole of the consideration of beings on the other hand, thus becoming the real metaphysics of these times. These interpretations point towards this other event, which is capital for understanding them, this event being the emergence and spreading out of systemics which found and unify the multiple of modern science into one general theory of the System as such. This work is an attempt at rereading Heidegger's work in the light of this event, the only one able to give its full meaning to the radicalism of his interpretations and especially to their necessary joint. The times of "achieved technology" are thus essentially and completely determined by the unfolding of the systemic triad, Energy-Command-Connexion, taking the place of the onto-theo-logical constitution of metaphysics. A substitution in the shape of a pretence of completion, from which thought is therefore excluded for the benefit of pure Production. Such a shifting makes us question anew the texture of the place of thought, which has been left after by this substitution. This topos, dual in essence, can be perceived like the articulation of a Trinitarian frame, taking its source in Heidegger's Fourfold and a tripartition of the Tension (Austrag) which is underlying it, according to the three themes of Enowning (Ereignis), Togetherness (Zusammengehörigkeit) and Correspondence (Entsprechung).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (470 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. [457]-465. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TAP RENNES 2011/3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.