Les peuples païens et l'expansion des états chrétiens au nord-est de l'Europe : discours et politique (fin Xe - début XIVe siècle)

par Agnès Guénolé

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Edina Bozóky.

Soutenue en 2011

à Poitiers , en partenariat avec Centre d'études supérieures de civilisation médiévale (Poitiers) (autre partenaire) .

Le jury était composé de Philippe Depreux, Jean-Marie Maillefer.


  • Résumé

    Les mouvements d’expansion allemande et scandinave à l’est de l’Europe sont abordés au travers d’un corpus de chroniques et histoires, de textes hagiographiques, liturgiques et diplomatiques entre la fin du Xe et le début du XIVe siècle. L’objectif de la conversion des païens détermina souvent la domination effective des peuples indigènes et le contrôle de nouveaux territoires. L’étude s’attache en particulier aux régions slaves (Mecklembourg et Poméranie), au territoire des Finnois (Finlande) ainsi qu’à la Prusse et la Lituanie. L��avancée de l’Occident chrétien prit diverses formes et entraîna une concurrence au sein même du mouvement général. On expose le rôle joué par l’Empire et l’Ordre allemand ainsi que par les royaumes chrétiens de Danemark et de Suède. Le contexte idéologique des croisades en Orient latin influença les acteurs de l’offensive en Baltique ; ceux-ci développèrent, pour certains, une idéologie adaptée de la guerre sainte, de la guerre sanctifiante. Ces acteurs renforcèrent, dans des cas particuliers de l’expansion, la théorie de la Défense de la foi pour laquelle la menace des païens fut amplifiée. On s’interroge sur la lecture de cette histoire militaire, et sur la place des peuples païens et néophytes dans les conceptions chrétiennes. La confrontation eut aussi une dimension culturelle. La coexistence à long terme des peuples très hétérogènes de l’espace baltique laissa son empreinte. Un changement fut introduit dans l’écriture de l’histoire chrétienne qui, désormais, intégrait le récit sur les païens au moment de leur conversion définitive, le récit de la fin d’un monde, comme une composante de l’Histoire à part entière

  • Titre traduit

    Pagan peoples and expansion of the christian statesin Northerneastern Europe : discourse and politics (from the end of 10th century to the beginning of 14th century)


  • Résumé

    The movements of German and Scandinavian expansion in the East of Europe are studied with a corpus of chronicles and histories, as well as hagiographic, liturgical and diplomatic texts between the end of 10th. Century and the beginning of 14th. C. The aim of the conversion of pagans often determined the dominion of natives and the control of new territories. The study is confined in particular to Slavic regions (Mecklenburg, Pomerania), to the territory of the Finn (Finland), and to Prussia and Lithuania. The progression of the Christian West took various forms and involved a competition in the general movement itself. We explain the part playing by the Empire and the German Order as well as by the Christian kingdoms of Denmark and Sweden. The ideological context of crusades in Latin East influenced the actors of the offensive in the Baltic region; these, but only some of them, developed an ideology which was drawing from the holy war, a war which was sanctifying men. These protagonists strengthened, in particular cases of the expansion, the theory of the Defense of the faith for which the threat of pagans was amplified. We wonder about the understanding of this military history, and about the place of heathen and neophyte peoples in Christian thought. The confrontation had a cultural dimension too. The coexistence in Baltic space of the very heterogeneous peoples in a long time had left its imprint. The writing of Christian history was changed. Henceforth, the narrative about pagans, when these were becoming definitively converts, the narrative of the end of a world, was integrated as well in History

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (525 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [392]-463. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.