Êtres : recherches d'ontologie phénoménologique et herméneutique

par Gilles de Beaupte

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean Greisch et de Jean-Louis Vieillard-Baron.

Soutenue en 2011

à Poitiers , en partenariat avec Université de Poitiers. UFR de sciences humaines et arts (autre partenaire) et de Institut catholique de Paris. Faculté de philosophie (autre partenaire) .


  • Résumé

    Etre signifie de plusieurs manières. Lesquelles ? La description de ce qui apparaît de prime abord et le plus souvent montre la bigarrure infinie de tout ce qui est. Mais tout n'apparaît pas en un chaos de sensations, ni n'est donné uniformément. Bien plutôt le monde parait à la fois ordonné et contrasté. Des catégories fondamentales peuvent être différenciées. Autrement dit, il y a une pluralité de grands genres : ni un seul sens d'être ni, à l'inverse, une dissémination des sens d'être. Les recherches se donnent pour tâche de décrire les sens d'être à partir de cette problématique aristotélico-heideggérienne et à travers les répliques à l'ontologie fondamentale qui forment le corpus phénoménologique et herméneutique en entier. Trois tâches se dégagent. D'abord, déterminer l'ordinaire comme le critère de différenciation ontologique (et non la temporalité seule). Ainsi, il convient de désavouer les sciences qui sont des abstractions dérivées pour élaborer une herméneutique de l'existence. Ensuite proposer une nouvelle liste des grands genres. Les sens d'être sont les éléments, les choses, les aliments, les animaux, les végétaux, les hommes. Le monde est l'entrelacs des sens d'être. Les sens d'être sont cooriginaires, irréductibles et transhistoriques. Enfin les types de production non ordinaires que sont les production totalisantes, totalitaire et totale permettent de questionner ontologiquement l'éthique et la politique.

  • Titre traduit

    Beings : phenomenological and hermeneutical researches in ontology


  • Résumé

    Being signifies in several ways. Which ones ? The description of what appears at first glance or the most often, attests of the infinite variety of everything around us. But all is neither in a chaos of sensations, nor given consistently. Rather the world seems both well ordered and contrasted. So that fundamental categories can be distinguished. In other words, there are several major ways of being : nor one unique essence of being, nor an infinite variety of ways of being. The research aims at describing fundamental categories from this Aristotelian-Heideggerian problematic and through the replies to the fundamental ontology which forms form the corpus of phenomenological and hermeneutic in its whole. Three task emerge. First determining the « ordinary » as the criteria of differentiation (and not only temporality). Thus, it should disavow the sciences that are derived from abstractions to develop a hermeneutics of existence. Then elaborating a new list of fundamental categories. These are : elements, things, food, animals, plants and humans. The world is the intertwining of these different major genres. These genres, or ways of being , are co-originated, irreducible and transhistorical. Finally, the type of production which are not ordinary such as the totalizing, totalitarian and total productions, enable to question ontologically ethics and politics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (543 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 535-543 p. Réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?