Étude lexicométrique expérimentale et critique de l'expression de l'identité nationale dans le discours politique en Côte d'Ivoire. Analyse contrastive de ses variations et de sa circulation chez trois locuteurs politiques (Gbagbo, Bédié, Ouattara)

par Soumaïla Doumbia

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Pierre Fiala.

Le président du jury était Dominique Ducard.

Le jury était composé de Pierre Fiala, Papa Samba Diop, François Leimdorfer.

Les rapporteurs étaient Pascal Marchand, Jean-Marie Viprey.


  • Résumé

    Cette thèse est une analyse expérimentale lexicométrique de l'expression de l'identité nationale dans les discours politiques. Nous désignons par discours identitaire tout discours d'altérité qui incite à l'ouverture vers une communauté ou à un repli sur un groupe de référence, présenté ou perçu comme une citadelle forte dans laquelle les sujets se sentent protégés. À l'intérieur de ces communautés formées ou souhaitées, l'expression de l'identité peut s'appuyer sur des éléments d'ordre confessionnels, tribaux, ethniques, claniques, ou raciaux ; elle peut prendre son fondement dans une histoire commune, un fantasme ou une légende. Elle est parfois le prétexte et l’occasion d’extériorisation de certaines peurs de l'autre, de certaines craintes ou tout simplement de haines qui se manifestent sous forme de discriminations, de dénie de droits, d'exclusion ou de xénophobie, mais elle peut aussi s'exprimer sous forme d'opposition à l'exclusion, en prônant l'intégration ou le vivre ensemble.Ces discours de type identitaires sont déterminés et structurés par leur cadre d'émergence. Celui-ci en dicte les contenus qui varient sous l'action de plusieurs facteurs qui eux-mêmes sont organisés sur plusieurs niveaux d'influences. L'observation empirique nous conduit à distinguer un premier niveau où agissent les marqueurs socioculturels et historiques, un second niveau où interviennent les facteurs conjoncturels, un niveau immédiat qui environne le discours en déploiement, puis un dernier niveau où intervient l'action des facteurs liés à la personnalité et à la stratégie discursive. Ces niveaux agissent comme facteurs structurant et déterminant le contenu et la variabilité des discours identitaires que nous mettons en évidence dans cette thèse.Il s'agit pour nous de faire partager l'observation selon laquelle les discours d'identité nationale sont des discours consubstantiellement variables, qui s'adaptent aux changements survenant dans leur cadre d'émergence. Pour vérifier cette observation empirique, nous formulons l'hypothèse selon laquelle les discours identitaires sont des discours à géométrie variables qui subissent l'influence de facteurs de variations qui déterminent leur structure et leurs contenus. Cette hypothèse a été testée sur un corpus discursif, qui à servit de prétexte pour vérifier l'action de quelques une de ces variables, sur le discours politique. Le support de cette expérimentation a été le discours de trois locuteurs politiques ivoiriens (Bédié, Gbagbo, Ouattara), chez lesquels nous avons montré que les variations que subissait leur référence à l'identité nationale étaient liées à l'action de trois variables conjoncturelles, à savoir le statut politique, les alliances et la guerre. Cette étude conduite par le moyen de la lexicométrie, a aboutit à la conclusion selon laquelle le discours identitaire sur l’Ivoirité en Côte d’ivoire est un discours polymorphe qui change sous l’influence de variables conjoncturelles tout en ayant parfois une dimension stratégique. Ce discours est un discours modulable qui utilise une formule, sorte de signifiant flottant où l’on range tout et n’importe quoi pourvu que celui-ci se rapporte à l’identité. L’usage d’un tel discours ne pouvait avoir que des dérives imprévisibles.Ce travail sur le discours de l'Ivoirité en Côte d'ivoire est un travail de déconstruction et de mise à nu d'une formule dont l'étude ouvre la voie à des perspectives intéressantes, qui concerne l'usage des outils lexicométriques comme instruments d'analyse des représentations mentales de concepts, et comme technique d'étude de l'évolution des univers conceptuels mentaux.


  • Résumé

    This thesis is an experimental lexicometric analysis of the concept of national identity in political discourse. We mean by identity discourse, the discourses of otherness that encourages openness to a community or a withdrawal into a group, presented or perceived as a strong fortress in which subjects feel protected. Within these communities formed or desired, the expression of identity can be based on religious elements, tribal, ethnic, clanic, or racial orders. It can also be embeded in a common history, a fantasy or legend. Sometimes it is the reason and the opportunity to externalize certain fears of the alien, or simply hatred manifested in the form of discrimination, rights denial, exclusion and xenophobia, but it can also be expressed as opposed to exclusion, promoting the integration or living together. These types of discourse on identity are determined and structured by their framework of emergence. This framework dictates the contents which vary under the influence of several factors which in turn are organized on several levels of influences.Empirical evidence leads us to distinguish a first level where sociocultural and historical markers act, a second level where the contingency factors are involved, a third level which surrounds the immediate deployment of the speech, and a final level of operation where the personality and discursive strategy factors act. It is the combination of these levels that acts as factors structuring and determining the content and variability of identity discourses we highlighted in this thesis. It is for us to share the observation that the discourses of national identity constantly varies, adapting themselves to changes that occur in their context of emergence. To verify these empirical observations, we were led to formulate the hypothesis that the identity discourses are geometrically variables speeches, that are influenced by factors determining their structures and contents. This hypothesis was tested on an experimental corpus, which served as pretence to check the action of a few of these factors on political discourse. Support for this experiment was the speech of three Ivorian political players (Bedie, Gbagbo, Ouattara), in which we showed that the variations of their reference to national identity were related to the action of three situational variables, namely : the political status, alliances and war.The study conducted by means of lexicometry, has led to the conclusion that the identity discourse on "Ivorianness" called "Ivoirité" in Ivory Coast is a polymorphic speech, changing under the influence of situational variables, while sometimes having a strategic dimension. This speech is modular ; used as a formula, a kind of floating signifier in which ones put everything and anything as long as it relates to identity. The use of such speech could have unpredictable drift.Ultimately, we can easily say that this work on the discourse of Ivorianness in Ivory Coast is a task of deconstruction and denonciation of a formula which study opens up interesting perspectives, concerning in one hand the use of lexicometrics instruments, used to examine mental representations of concepts, and on the other hand as a technique for studying the evolution of mental conceptual universe.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.