"La Chouette aveugle" de Sadegh Hedayat, un récit à la croisée des textes occidentaux

par Marzieh Balighi

Thèse de doctorat en Langue et Littérature Françaises

Sous la direction de Alain Vuillemin.

Soutenue le 07-01-2011

à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil) , en partenariat avec LIS - Lettres Idées Savoir (laboratoire) .

Le président du jury était Francis Claudon.

Le jury était composé de Alain Vuillemin, Michel Bernard, Robert Smadja.

Les rapporteurs étaient Christophe Balaÿ, Hossein Esmaïli.


  • Résumé

    La Chouette aveugle, un récit d’abord publié en 1936, à Bombay, en Inde, puis en 1941 en Iran, à Téhéran, et traduite en français, en 1951, par Roger Lescot,est une œuvre singulière d’un auteur iranien, Sadegh Hedayat (1903-1951). C’est une nouvelle qui se présente sous la forme d’une longue confession faite par un narrateur anonyme, victime de cauchemars et d’hallucinations. Écrite durant un séjour effectué par cet écrivain en France entre 1926 et 1930, cette œuvre est surchargée d’emprunts,de réminiscences, et d’allusions à de multiples lectures littéraires, philosophiques,métaphysiques, religieuses et psychanalytiques. C’est un lieu de croisement d’influences diverses, orientales certes mais aussi, surtout, occidentales. Cet entrelacs minutieux fait de La Chouette aveugle une œuvre hybride, très élaborée, à la croisée de l’Orient et de l’Occident. Pour en cerner la singularité, on s’est fondé sur une approche qui a cherché à désenchevêtrer les références mythologiques qui en constituent la matière, à repérer les empreintes des modes orientalistes qui existaient à l’époque, entre les deux guerres, en France et en Europe, à dégager l’existence des modèles et des moules esthétiques, occidentaux, qui s’y imbriquent, à en analyser aussi l’inspiration nihiliste, marqué par la philosophie occidentale, et à en étudier le caractère surréaliste qui lui confère une originalité très particulière dans la littérature iranienne


  • Résumé

    Blind Owl, a story first published in 1936 in Bombay, India, then in 1941 inIran, Tehran, and translated into French in 1951 by Roger Lescot, is a singular workof an Iranian author, Sadegh Hedayat (1903-1951). It's a new one that comes in the form of a long confession made by a nameless narrator, a victim of nightmares and hallucinations. Written during a stay by this writer in France between 1926 and 1930,this work is overloaded with debt, reminiscences and allusions to many literary readings, philosophical, metaphysical, religious and psychoanalytic. It is a place of intersection of diverse influences, certainly, but also Oriental, especially the West.This careful interweaving makes The Blind Owl a hybrid, very developed at thecrossroads of East and West. To identify the singularity, we relied on an approachthat sought to disentangle the mythological references which are material, to identifythe fingerprints of Orientalist patterns that existed at the time, between the wars,France and in Europe, to identify the existence of aesthetic models and molds,Western imbricate therein, to analyze also the inspiration nihilistic, marked byWestern philosophy, and to study the character that gives it a surrealist originality most unusual in Iranian literature

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?