Rôle des protéines de type nucléoline (AtNUC-L1 et AtNUC-L2) dans la transcription des gènes ADNr et dans la floraison et la réponse aux stress chez Arabidopsis thaliana

par Mohamed Abou-Ellail

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Julio Saez-Vasquez.

Soutenue en 2011

à Perpignan , dans le cadre de École doctorale Énergie environnement (Perpignan) .

  • Titre traduit

    The role of nucleolin-like proteins (AtNUC-L1 and AtNUC-L2) in transcription of rDNA genes, flowering and reponse to stress in arabidopsis thaliana plants


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le génome d'A. Thaliana contient deux gènes codant des protéines de type nucléoline nommés AtNUC-L1 et AtNUC-L2. L'expression d'AtNUC-L1 est détectée, à un niveau élevé, dans la plupart des tissus et organes de la plante. En revanche, l'expression d’AtNUC-L2 est beaucoup plus faible et n'est détectée que dans des tissus spécifiques et certains organes. Les deux gènes sont requis lors de l'activation et/ou la répression de variants de gènes spécifiques d'ADNr 45S. Des expériences réalisées pour comprendre comment l'expression des gènes d'ADNr est contrôlée, ont montré l'implication d'AtNUC-L1 dans le contrôle de la méthylation symétrique de l'ADNr, spécifiquement dans les séquences, en 5', transcrite non codante d'ADNr. L'interruption de l’AtNUC-L1 affecte de façon globale la croissance de la plante ainsi que son développement. En revanche, les plantes mutantes Atnuc-L2 présentent un phénotype de retard de floraison. De plus, AtNUC-L2 semble jouer un rôle dans la réponse aux stress. En effet, l'expression d’AtNUC-L2 est induite par 37°C, l'acide salicylique et éventuellement, par d'autres conditions, biotiques ou abiotiques, de l'environnement. Nous montrons aussi que la protéine AtNUC-L1 pourrait contrôler l'expression du gène AtNUC-L2. Finalement, nous démontrons que les protéines AtNUC-L1 et AtNUC-L2 se lient et déterminent le positionnement des nucléosomes in vitro. De plus, AtNUC-L1 et AtNUC-L2 pourraient reconnaître des structures spécifiques de nucléosomes. La compilation de nos données soutient l'idée que ces gènes dupliqués, codant des protéines de type nucléoline chez les plantes, se sont spécialisés pour contrôler l'expression des gènes transcrits par la polI et la pol II lors de conditions de développements ou environnementales particulières.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (174 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 151-170

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2011 ABO
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.