La diffusion de la pensée de Pierre de Coubertin en Chine

par Yani Le Cocq

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Jean-Gérard Lapacherie.

Soutenue en 2011

à Pau .


  • Résumé

    La richesse de la pensée de Coubertin est restée longtemps ignorée, il n’est présent en réalité que dans les discours officiels des Jeux olympiques, alors qu’il a proposé une réforme de l’enseignement dont l’actualité demeure. La Chine a fourni des efforts considérables pour l’organisation des Jeux de 2008, malheureusement Coubertin lui-même y reste tout à fait méconnu, aucune monographie sur lui n’y ayant été effectuée. L’olympisme est la base philosophique sur laquelle Coubertin cherche à faire reposer son œuvre, il est aussi le concentré de ses idées maîtresses. La Chine, malgré ses dissemblances culturelles avec le monde occidental, est prédisposée à la diffusion de la pensée de Coubertin. La quintessence de l’olympisme, à savoir l’esprit chevaleresque, le culte du beau, s’inscrit dans le courant de la tradition chinoise. Ils sont loués, nourris depuis plus de deux mille ans par toutes les écoles philosophiques et les religions chinoises. Faire s’épanouir en Chine l’esprit sportif de Coubertin, c’est en réalité honorer l’esprit chevaleresque chinois. Le peuple chinois, paisible et imprégné de culture paysanne, se montre souvent veule et confiné malgré son histoire chevaleresque rayonnante. En 1889, Coubertin a lancé son slogan : « un rebronzage pédagogique » visant à développer la totalité de l’homme, c'est-à-dire son physique, son intellect et sa morale, par le biais du sport. Plus de cent vingt ans se sont écoulés, l’heure est venue pour les Chinois de répondre à cet appel. Soyons sportifs, soyons chevaleresques !

  • Titre traduit

    ˜The œspreading of the thought of Pierre de Coubertin in China


  • Résumé

    The abundance of the thought of Pierre de Coubertin went unnoticed for long, he is just present in fact in the official speeches of the Olympic Games, whereas he has put forward an educational reform the actuality of which remains. If China has provided a considerable effort for the organization of the Games in 2008, unfortunately Coubertin himself stays entirely misunderstood, not any monograph about him has been carried out. The Olympic spirit is the philosophical base on which Coubertin tries to rest his works, it is also the concentrate of his principal ideas. In spite of its cultural dissimilarities from the occidental world, China is predisposed to the diffusion of the thought of Coubertin. The quintessence of the Olympic spirit, that is the spirit of chivalry, the cult of beauty, comes within the movement of Chinese tradition. They have been praised, nourished since more than two thousand years by all of the philosophical schools and Chinese religions. Making bloom in China the sportsmanship of Coubertin, it is in fact to honor the Chinese chivalrous spirit. The peaceful and imbued with a country culture Chinese people, often appears as spineless and confined despite its radiant chivalrous history. In 1889, Coubertin launched his slogan : “an educational rebronzing” (“un rebronzage pédagogique”), aiming at developing the whole man, that is to say his physique, his intellect and his morality, by means of sports. More than one hundred and twenty years have passed, it’s time for Chinese people to reply to this call. Be a sportsman, be a knight !

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (301 p.)
  • Annexes : Notes bibliogr. Bibliogr. p. 291-298. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.