Les potagers aristocratiques et royaux en Ile-de-France : (fin XVIIe - fin XVIIIe siècle)

par Marion Rouet

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Marie-José Michel.

Soutenue en 2011

à Paris 13 .


  • Résumé

    Les potagers des domaines royaux et des maisons aristocratiques sont des jardins jugésindispensables en Ile-de-France car ils garnissent en fruits et en légumes la table des propriétaires en toute saison. Ils sont les témoins d'un changement de mentalité qui s'opère au sein de la société française d'Ancien régime entre la fin du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle. Source de bien être alliant dépense physique et réflexion intellectuelle, ce jardin devient à la fin de la période étudiée le symbole de la décadence de la noblesse, à travers notamment lal uxueuse production contre-nature de primeurs. Les jardiniers et leur main d'oeuvre jouent donc un rôle primordial, sans oublier les matériaux et les outils à leur disposition. Les savoirs faire évoluent grâce à la recherche scientifique (botanique) conjuguée aux progrès techniques. Les serres chaudes deviennent incontournables à la fin du XVIIIe siècle et permettent de cultiver des plantes exotiques. Les cultures fruitières et potagères cherchent à satisfaire les exigences des seigneurs des lieux en matière de beauté et de goût (texture et saveur) afin de se distinguer ainsi des jardins de paysans. La notion d'esthétique se retrouve en effet dans le tracé du jardin, qui n'exclut pas la promenade, mais aussi dans la conduite des arbres fruitiers,qui habillent les murs et parent le jardin. La beauté du fruit entre également en compte dans le jardin et dans l'assiette. Le potager est donc un jardin à part entière, en lien étroit avec la maison, même s'il est parfois controversé. Il est soumis à la mode et il possède à ce titre une place au sein de la composition générale des parcs. Cette étude s'appuie sur les exemples de Versailles, Trianon, Fontainebleau, Compiègne, Meudon, Bellevue, Choisy, Sceaux,Chantilly, La Roche Guyon, L'Isle Adam, Pontchartrain, Chamarande et Méréville.

  • Titre traduit

    Vegetables gardens of royal properties and aristocratic houses in the Ile-de-France region between the end of the seventeenth century and the end of the eighteenth century


  • Résumé

    Vegetables gardens of royal properties and aristocratic houses are gardens which are thought to be essential in the Ile-de-France region as they filled the owners’ table with fruits and vegetables all the year round. They were the witnesses of a change of mentality which took place within the French society during the Ancien Régime between the end of the seventeenth century and the end of the eighteenth century. A the end of the studied period, this garden, which was a source of well-being combining physical exercise and intellectual thought, became the symbol of the nobility’s decline, in particular through the luxurious and unnatural production of early fruit and vegetables. Gardeners and their labour forces thus played an essential role, bearing in mind the equipments and the tools at their disposal. The expertises developed thanks to scientific research (botany) combined with technical progresses. Hothouses became indispensable at the end of the eighteenth century and enabled to grow exotic plants. The fruit and edible cultivations tried to satisfy the demands of the lords of the places as far as beauty and taste (texture and flavour) were concerned in order to be thus distinguished from peasants’ gardens. The notion of aesthetic can be indeed found in the line of the garden, which does not exclude the walk, but it can also be found in the behaviour of fruit trees, which cover the walls and adorn the gardens. The beauty of the fruit also comes into play in both the garden and the plate. The vegetable garden is thus a full-fledged garden, in close connection with the house, even if it is sometimes controversial. It is subject to fashion and it has quite rightly a place within the general arrangement of parks. This study is based on examples from Versailles, Trianon, Fontainebleau, Compiègne, Meudon, Bellevue, Choisy, Sceaux, Chantilly, La Roche Guyon, L'Isle Adam, Pontchartrain, Chamarande and Méréville.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (681 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2011 024
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.