Les modèles mathématiques dans l’art du XXe siècle

par Eva Migirdicyan

Thèse de doctorat en Histoire de l'art contemporain

Sous la direction de Thierry Dufrêne.

Soutenue en 2011

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les découvertes de la physique développées au début du XXe siècle ont inspire de nombreux artistes, ainsi qu’en témoignent les écrits de Theo van Doesbourg, Jean Hélion, Georges Vantongerloo, Salvador Dali, etc. Parmi les objets de convergence entre art et science, les modèles mathématiques sont des formes créées par les mathématiciens au XIXe siècle pour représenter en trois dimensions des fonctions algébriques complexes. Séduits par la beauté et le pouvoir expressif de ces modèles, les Surréalistes les présentent en 1936 dans leurs expositions à Paris, Londres et New York ; Man Ray les photographie et les peint ; Max Ernst les intègre a ses collages. Introduits dans le monde de l’art, ces modèles perdent leur contenu mathématique pour acquérir une signification nouvelle. L’astronomie est à l’honneur dans les sculptures abstraites en fil de fer d’Alexander Calder exposées en 1931 à la Galerie Percier, ainsi que dans les constructions et les peintures de Vantongerloo. Max Bill construit le « Ruban sans fin » avec l’anneau de Möbius. Cette thèse met particulièrement l’accent sur les surfaces réglées telles que les surfaces développables, le paraboloïde hyperbolique, etc. Que les Constructivistes Antoine Pevsner et Naum Gabo choisissent comme éléments constitutifs de leurs sculptures. Grace à leur courbure, ces formes concilient le géométrique et l’organique. Il ressort de notre analyse que ces surfaces courbes engendrées par des droites sont le moyen privilégié pour inscrire le mouvement, le temps, la quatrième dimension dans la construction. Pevsner et Gabo utilisent les surfaces réglées comme moyens plastiques pour construire un espace-temps courbe à quatre dimensions.

  • Titre traduit

    Mathematical models in twentieth century art


  • Résumé

    The discoveries in physics, at the beginning of the XX th century, have inspired many artists, as indicated by the writings of Theo van Doesburg, Jean Hélion, Georges Vantongerloo, Salvador Dali, etc. As examples of the convergence of art and science, mathematical models are three-dimensional forms created by nineteenth century mathematicians to depict complex algebraic functions. Attracted by the beauty and the expressive power of these models, the Surrealists presented them in their 1936 exhibitions in Paris, London and New York; Man Ray has photographed and painted them; Max Ernst has incorporated them in his collages. Introduced in the art world, these models loose their mathematical content and acquire a new meaning. Astronomy is honoured in the iron wire abstract sculptures that Alexander Calder presented in 1931 at the Percier Gallery in Paris, as well as in the paintings and constructions of Vantongerloo. Max Bill has built the “Ruban sans fin” with the Möbius ring. This thesis is focused on ruled surfaces such as developable surfaces, hyperbolic paraboloids etc. That the Constructivists Antoine Pevsner and Naum Gabo have chosen as constitutive elements for their sculptures. Thanks to their curvature, these forms combine geometric and organic aspects. Our analysis shows that these curved surfaces generated by straight lines are the privileged means to inscribe the movement, the time, the fourth dimension in their construction. Pevsner and Gabo used the ruled surfaces as plastic means to build a curved four-dimensional space-time

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (401, 216 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.344-382. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-210
  • Bibliothèque : Institut Henri Poincaré. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : A 704.949 51 MIG

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.