Time Out of Mind : the experience of being in time in musical improvisation

par Rebecca Jane Evans (Wheatley)

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Michel Imberty et de Maya Gratier.

Le président du jury était Nigel Osborne.

Le jury était composé de Michel Imberty, Maya Gratier, Nigel Osborne, Colwyn Trevarthen, Lutz Fahrenkrog-Petersen, Dirk Moelants.

Les rapporteurs étaient Colwyn Trevarthen, Lutz Fahrenkrog-Petersen.

  • Titre traduit

    Le Temps hors de Soi : l'expérience d'être ensemble temporellement dans l'improvisation musicale


  • Résumé

    Ce travail s’attache à étudier l’interaction en direct entre musiciens de jazz, en se focalisant sur un des éléments les plus fondamentaux dans la performance improvisée, l’acte de jouer dans le temps avec un autre. Que se cache-t-il derrière cette qualité engageante de la musique quand des musiciens collaborent et se coordonnent entre eux pour qu’ils aient le sentiment de jouer ensemble dans le temps (selon leur propre expression)? Afin d’étudier les fondements musicaux et psychologiques de cette expérience, nous créons des liens entre la recherche ethnographique existante sur les pratiques de jazz et les études psychologiques sur le temps et sur le timing. Cette thèse comprend trois études empiriques. La première étude a cherché à décrire l’émergence de cette expérience du temps partagé dans des performances d’improvisation libre entre deux musiciens de jazz professionnels. La deuxième étude est une analyse quantitative de la performance d’une section rythmique (batteur et contrebassiste), qui a pour base une micro-analyse acoustique de la pulsation dans quatre versions d’une chanson. Dans la troisième étude on s’est intéressé à la façon dont des auditeurs dits ‘naïfs’ entendent une musique qui est ‘dans le temps’ ou ‘en dehors du temps’. Pour cela nous avons effectué deux études expérimentales sur la perception du timing inter-musicien par des sujets sans éducation musicale formelle, en leur présentant des extraits musicaux manipulés.Dans leur ensemble ces études fournissent des preuves quantitatives qu’il existe une négociation temporelle dynamique entre les musiciens – un partage de temps – au niveau de la pulsation. De plus, ces résultats ont démontré la place centrale du développement narratif dans la performance musicale. L’influence de la construction est manifestée tant par l’organisation spontanée des improvisations musicales en épisodes structurés que par la mise en place collaborative de trajectoires expressive au niveau du développement du tempo local. Ces trajectoires constituent d’ailleurs une interprétation de l’œuvre musicale. Ainsi, ces résultats montrent que les musiciens maîtrisent ensemble les trajectoires expressives de leurs performances, et ce à la fois au niveau de la pulsation et au niveau de la narrativité. Il découle de ce travail l’idée qu’une performance ‘réussie’ (caractérisée par un temps partagé) implique beaucoup plus de flexibilité temporelle que ce que les recherches antérieures proposent. Ces observations nous amènent à définir un forme nouvelle de timing entre musiciens, que nous appelons le timing participatif, et qui est fondé sur l’interaction interpersonnelle motivée et incarnée plutôt que sur les processus individuels de timing expressif.


  • Résumé

    This dissertation investigates live interaction between jazz musicians with a focus on one of the most fundamental elements in improvisational performance, the seemingly simple act of being in time together. What is behind that powerful, engaging quality of music that comes about when musicians collaborate and coordinate so that they feel that are sharing what they themselves call good time? To investigate the musical and psychological underpinnings of good time, links were highlighted between both existing ethnographic work on jazz practices and psychological studies of time and timing. The thesis presents three empirical studies. The first study consists in a largely descriptive analysis of freely improvised jazz duet performances, and it aims to describe the emergence of good time between musicians playing together. The second study is a quantitative analysis of jazz rhythm section performance (drums and double-bass) based on an acoustic microanalysis of pulse in 4 versions of a song. The third study comprises 2 experiments on the perception of inter-musician timing by ‘naïve’ listeners, exploring how musically-untrained subjects experience the sound of being ‘in’ and ‘out of’ time in manipulated musical samples. Together, these studies provide quantitative evidence for temporal negotiation or turn-taking at the pulse level. Additionally they show the fundamental role of narrative development in musical performance evidenced by the spontaneous organisation of musicians’ improvisations into well framed episodes that have internal structure. It is also evidenced by the mutual establishment of an expressive trajectory of local tempo development that reflects or interprets the musical piece. Thus, these findings demonstrate that musicians together control their expressive performances at both an immediate pulse level and at an overarching level of narrative. An important outcome of this research is that ‘successful’ performance (one with good time) involves far greater temporal flexibility than previously established. These observations lead us to define an additional form of timing between musicians which we have called participatory timing and which is based on motivated and embodied interpersonal interaction rather than on expressive timing at the level of the individual.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.