Le poème instrument : poésie et matérialisme dans l'oeuvre de Bertolt Brecht

par Florent Lahache

Thèse de doctorat en Esthétique

Sous la direction de Catherine Perret.

Le président du jury était Jean-Louis Besson.

Le jury était composé de Catherine Perret, Jean-Louis Besson, Antonia Birnbaum, Pierre-Damien Huyghe, Olivier Neveux.

Les rapporteurs étaient Antonia Birnbaum, Pierre-Damien Huyghe.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat de philosophie, initiée en 2005, a pour objet d’étude l’œuvre poétique de l’écrivain allemand Bertolt Brecht (1898-1956). Par son titre (« Le poème instrument »), elle entend désigner une contradiction consubstantielle à tout art politique et singulièrement radicalisée dans l’écriture poétique : celle qui oppose la pratique d’un art lyrique, valant pour lui-même, et la revendication d’une utilité sociale de l’écriture, qui la soumet à une finalité extérieure. En assumant dans son écriture cette exigence instrumentale, le poète s’expose en effet au risque de succomber à la fonctionnalisation de la langue, telle que justement la raison marchande la soutient et à laquelle il s’agit cependant de s’opposer. Comment la poésie peut-elle se définir comme instrument sans abolir la teneur proprement artistique de sa production ? Comment maintenir dans un même geste la consistance poétique et l’efficacité politique ?Cette thèse étudie le corpus des poèmes brechtiens écrits depuis le milieu des années 1920 jusqu’à la fin des années 1940 avec pour ambition de repérer les opérations formelles que le poète mobilise dans chacun des moments politiques qu’il rencontre : la République de Weimar (la poésie cynique), le Troisième Reich (la poésie anti-fasciste), la seconde Guerre mondiale (la poésie d’exil). Nous entendons montrer la façon dont un matérialisme singulier s’y élabore, dans un rapport à la fois inventif et dissident à l’égard la tradition dialectique marxiste.

  • Titre traduit

    The poem instrument : poetry and materialism in Bert Brecht’s work


  • Résumé

    Initiated in 2005, this doctoral thesis in philosophy aims to study the poetry of the German writer Bertolt Brecht (1898-1956). By its title ("The poem instrument"), it means to explain a contradiction inherent in any political art, and especially emphasized in poetical writing: the one between the practice of lyrical arts, valuable per se, and the claim for a social purpose of writing, which submits it to an outside finality. By undertaking this instrumental necessity in his writing, the poet expose himself to the functionalisation of language, this very functionalisation that is supported by the market means which the poet however intends to deal with. How can poetry define itself as a tool, without abolishing the specifically artistic content of its production? How to maintain poetic consistency and political efficiency simultaneously ?This thesis examines the corpus of Brechtian poems written from the mid-1920s until the late 1940s. It aims at identifying the formal operations that the poet engages for each political moments he faces : the Weimar Republic (cynical poetry), the Third Reich (anti-fascist poetry), the second World War (the poetry of exile). We intend to show how a specific materialism is being developed, in a both inventive and dissent relation to the traditional Marxist dialectic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.