Corporéités quotidiennes : nouvelles pratiques du corps en scène dans la performance en France et en Angleterre, 1991-2011

par Chloé Déchery

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Christian Biet.

Soutenue le 05-12-2011

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Josette Féral.

Le jury était composé de Christian Biet, Josette Féral, Carl Lavery, Nicholas Ridout, Emmanuel Wallon.

Les rapporteurs étaient Carl Lavery, Nicholas Ridout.


  • Résumé

    Un pan représentatif de la scène performative contemporain, en France, comme en Angleterre, se distingue par un intérêt commun pour la question du corps quotidien. Faisant fi des principes de représentation, de logique narrative ou de personnage, les praticiens d’aujourd’hui investissent des corporéités ordinaires et faillibles produisant des état de présence diffractés ainsi qu’un régime de spectateur fondé sur la reconnaissance d’une commune incompétence. Au moyen de temporalités scéniques suspendues, d’un ralentissement du mouvement et d’une inflexion des logiques de représentation et de perception, ils modélisent des outils de résistance à l’encontre des dynamiques accélérées d’une production intensifiée imposées par les institutions et l’économie culturelles. Renonçant à la séduction du spectaculaire et au fétiche de la technique, ils décident de produire moins. Inventant de nouvelles modalités d’un travail solidaire (collaborations éphémères, rencontres nouées selon une logique de projet, micro-communautés), ils dessinent, sur le plateau, un espace d’entente qui puisse reposer sur une égalité de condition entre performers et spectateurs. Loin de s’inscrire dans un geste de rupture ou de souscrire à un quelconque idéal utopiste, les artistes de la scène performative contemporaine actualisent une praxis critique de la scène qui tâche de créer, dans le temps de l’événement théâtral, une nouvelle façon d’être ensemble.

  • Titre traduit

    Everyday Corporeality : Bodies on Stage in Contemporary French and English Performance 1991-2011


  • Résumé

    The contemporary performance scene, in both France and England, can be distinguished by a common interest in the ‘everyday body.’ Discarding principles of representation, narrative logic, and characterisation, many of today’s practitioners choose instead to reflect a deliberately fallible and ordinary sense of their own corporality. This results in a notion of presence in which the presented body can somehow disappear and where a certain complicity with the audience is founded on a sense of common incompetence. The use of real time (as opposed to theatrical time) the restriction of movement, and a questioning and dismantling of the traditional ideas of theatrical presentation and reception, all form ways of resisting the accelerated and intensified production cycle imposed by the cultural economy in which the work is produced. Refusing to be seduced by notions of grand spectacle or perfect technique, these performers produce less within their performance and therefore embrace an “anti-productive” creative pattern. At the same time, inventing new ways of working together (ephemeral collaborations, meetings happening upon a project-based logic, micro-communities), they create, in the theatre, a democratic space based on an equality of status between performers and spectators. Without seeking revolution or utopia, they enable a critical investigation of the theatrical space that can, for the duration of an event, create new ways for all those present to experience being together within that space.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.