Industries lithiques à composante lamellaire par pression du Nord Pacifique de la fin du Pléistocène au début de l’Holocène : de la diffusion d’une technique en Extrême-Orient au peuplement initial du Nouveau Monde

par Yan Axel Gómez Coutouly (Gomez)

Thèse de doctorat en Préhistoire

Sous la direction de Catherine Perlès.

Le président du jury était Didier Binder.

Le jury était composé de Catherine Perlès, Didier Binder, Boris Valentin, Frédérique Brunet, Sergej Aleksandrovič Vasilʹev, David R. Yesner.

Les rapporteurs étaient Didier Binder, Boris Valentin.


  • Résumé

    Les débitages de lamelles obtenues par pression apparaissent il y a environ 20 000 ans en Asie du nord-est et leur diffusion est attestée aussi bien vers l’Asie centrale que vers l’Alaska et la Colombie-Britannique en passant par la Sibérie. Cette recherche analyse ainsi la progression de ces industries depuis l’Extrême-Orient vers l’Amérique du Nord : de nombreuses séries en provenance du Primorye, de la Sibérie et du nord-ouest de l’Amérique du Nord font l’objet d’une étude typo-technologique rigoureuse. La facile reconnaissance des industries à composante lamellaire permet d’étudier l’évolution, à une large échelle géographique et chronologique, du système techno-économique du peuplement initial du Nouveau Monde, tout en restant sur des contextes technologiquement comparables. La singularité de ce travail repose non seulement dans le choix du sujet mais aussi dans la méthodologie employée, c’est-à-dire l’application de la technologie lithique développée par l’école française à l’étude des industries paléolithiques à composante lamellaire et à certaines problématiques concernant le premier peuplement du Nouveau Monde. De nombreuses questions seront abordées : quelle est l’origine géographique et chronologique des premiers débitages lamellaires par pression ? Pouvons-nous mettre en évidence certains facteurs déclencheurs ? Comment sont employées les lamelles ? Quels éléments expliquent la variabilité des méthodes de débitages ? Sommes-nous face à un phénomène de diffusion d’une idée ou de migration de population ? Observe-t-on certaines voies migratoires préférentielles ? L’outillage associé est-il constant ou très variable ? Comment la technologie lithique permet-elle de mettre en évidence certaines zones d’interaction ? L’approche inédite développée ici permet d’aborder ces thématiques sous un angle parti culier et d’abouti r à des résultats, à des visions et à des propositions sensiblement différents de ce qui a été avancé à ce jour.

  • Titre traduit

    Lithic Industries with Pressure Microblade Components of the North Pacific Region in the Terminal Pleistocene and Early Holocene : from the Diffusion of a Technique in the Asian Far East to the Initial Peopling of the New World


  • Résumé

    Débitage of pressure microblades appeared in the archaeological record about 20,000 years ago in Northeast Asia, followed by their diffusion toward Central Asia as well as toward Siberia, Alaska, and British Columbia. This research analyzes the spread of these microblade industries from the Asian Far East to North America, utilizing many archaeological collections from Primorye, Siberia, and northwest North America as the basis of a meticulous typo-technological study. The easy recognition of microblade-bearing sites allows studying the evolution, on a wide geographical and chronological scale, of the technoeconomic system during the initial peopling of the New World, while retaining technologically comparable backgrounds. The singularity of this work lies not only in the chosen subject but also in the chosen methodology, i.e., the application of lithic technology as developed by the French school to the study of Palaeolithic industries with microblade components, as well as to some issues concerning the first peopling of the New World. Many questions will be discussed, including: What is the geographical and chronological origin of the first pressure microblade industries? Can we highlight some factors that stimulated such an invention? How were microblades used? What elements can explain the variability of the débitage-producing methods? Is the progression of microblade industries the result of a technological diffusion or a human migration? Can any preferential migratory routes be identified? Is the associated toolkit highly variable or is it relatively constant? How does the analysis of lithic technology allow the assessment of interactions between groups? The new approach developed here addresses the issues from a different angle and leads to new visions, proposals, and results that are noticeably different from those that have been suggested to date.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.