L’esthétique du jeu dans les Alice de Lewis Carroll

par Virginie Iché

Thèse de doctorat en Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes

Sous la direction de Claire Bazin et de Jean-Jacques Lecercle.

Soutenue le 19-11-2011

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Michel Morel.

Le jury était composé de Claire Bazin, Jean-Jacques Lecercle, Michel Morel, Monique De Mattia, Lawrence Gasquet.

Les rapporteurs étaient Monique De Mattia, Lawrence Gasquet.


  • Résumé

    Cette thèse consiste en l’analyse du jeu dans les deux œuvres littéraires majeures de Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wonderland et Through the Looking-Glass, œuvres qui accordent la part belle au jeu, tant au niveau diégétique, narratologique que stylistique et linguistique. Il en ressort qu’une tension entre liberté et règle (entre paidia, l’expression impulsive d’un instinct de jeu, et ludus, le besoin de créer des règles et de s’y plier, pour utiliser les termes de Caillois) traverse les Alice. L’étude des jeux et jouets, des macro- et micro-structures, du style et des intertextes, permet d’affirmer que ces deux volumes sont résolument ludiques, car ils reposent sur une légaliberté, une liberté dans et par une légalité (Duflo). Ils jouent avec et contre les attentes, la langue et les connaissances du lecteur de sens commun. Toutefois, dans le même temps, le champ d’action du lecteur virtuel est considérablement restreint : ses facultés d’idéation sont orientées par l’imbrication du texte et des illustrations, et sa participation à la construction du texte carrollien se borne à compléter les « blancs » textuels, tel que Eco les définit, c’est-à-dire à faire ressurgir les déjà-dits qui ont été effacés. Les œuvres carrolliennes sont ainsi caractérisées par ce paradoxe : alors que la diégèse et l’économie textuelle semblent promouvoir le jeu, le rôle du Lecteur Modèle prévu par le texte est extrêmement réduit. Cependant, il est possible pour le lecteur réel, interpellé par le texte carrollien et son Auteur, d’endosser le rôle de Lecteur Imposteur, de les contre-interpeller, et de devenir, par ce processus de subjectivation, un lecteur pleinement joueur. Il s’avère alors que la légaliberté permet non seulement de saisir l’esthétique du jeu, mais aussi la formation des sujets (personnages, auteurs, lecteurs) à l’œuvre dans les Alice.

  • Titre traduit

    The Aesthetics of Play in the Alice Books by Lewis Carroll


  • Résumé

    This thesis consists in an analysis of play and game(s) in Lewis Carroll’s two major literary works, Alice’s Adventures in Wonderland and Through the Looking-Glass, in which diegetic, narratological, stylistic and linguistic games play a significant part. It shows that a tension is at work throughout the Alice books, between freedom and rules (between paidia, the impulsive manifestation of a play instinct, and ludus, the need to invent rules and to abide by them, to state this in Caillois’s terms). The study of games and toys, of the macro- and micro-structures, of the style and the intertexts reveals the playfulness of these texts, as they rely on “legafreedom”, freedom in, and made possible by legality (Duflo). They play with and against the reader’s commonsensical expectations, language and knowledge. Yet, at the same time, the virtual reader’s playing field is considerably limited: his or her faculties of ideation are directed by the interweaving of text and illustrations, and his or her participation (involvement?) in constructing the Carrollian text is restricted to filling in the textual “blanks,” as defined by Eco, i.e. making the “already said” that has been erased reappear. Carroll’s works are, therefore, characterized by this paradoxical idea: while the diegesis and the textual economy seem to promote play, the role of the Model Reader as mapped out by the text is extremely circumscribed. However, the real reader, interpellated by the Carrollian text and its Author, can take on the role of the Impostor Reader, counter-interpellate them, and become, thanks to this process of subjectification, a consummate playing reader. As such, “legafreedom” makes it possible to understand not only the aesthetics of play, but also the formation of subjects (characters, authors, readers) in the Alice books.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (404 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.373-397. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-156
  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.