L’Électricité médicale dans la France des Lumières : histoire culturelle d’un nouveau remède

par François Zanetti

Thèse de doctorat en Histoire des mondes modernes

Sous la direction de Monique Cottret.

Le président du jury était Edmond Dziembowski.

Le jury était composé de Monique Cottret, Edmond Dziembowski, Arlette Farge, Colin Jones, Franck Collard, Philip Rieder.

Les rapporteurs étaient Arlette Farge, Colin Jones.


  • Résumé

    À partir des années 1750, l’électricité médicale connait en France et en Europe une vogue tant parmi le monde savant que dans un plus large public. À l’heure de la curiosité et des spectacles de science, la première application du fluide à la mode est thérapeutique et vise à soigner la paralysie. En France, ce n’est pas avant les années 1770 que des médecins s’intéressent à la nouvelle méthode de guérir. Le rôle joué par la nouvelle Société royale de médecine et Pierre Mauduyt de la Varenne est déterminant dans la transformation de l’électricité en un objet médical à proprement parler. Ce processus s’est accompagné de l’exclusion progressive des amateurs et des philosophes naturels du champ de la pratique légitime. Les enjeux de l’incorporation du nouveau médicament à la médecine ne sont pas seulement institutionnels et professionnels. Ils mettent en jeu les représentations culturelles autour desquelles s’articulent les savoirs scientifiques et médicaux, mais aussi les pratiques des malades qui l’utilisent comme un moyen dans le parcours qu’ils construisent en vue de guérir. L’électricité médicale est marquée par un net déclassement social à partir du milieu des années 1780. Elle doit alors permettre de régénérer la Nation et de la remettre au travail. En concentrant notre attention sur un remède particulier, nous soulignons l’articulation entre des domaines trop souvent cloisonnés : histoire des idées médicales, histoire sociale des acteurs, histoire culturelle des représentations et des pratiques, en intégrant pleinement l’histoire de la médecine à l’histoire des Lumières.

  • Titre traduit

    Medical Electricity in Enlightenment France : Social History of a Novel Medicine


  • Résumé

    From the 1750s, Electricity was the object of widespread scientific and popular curiosity across Europe. Its first use was therapeutic and electric sparks have immediately been applied to paralytics. In France, medically-trained physicians did not become interested on the new treatment until the 1770s. The role of the newborn Société royale de médecine and of Pierre Mauduyt de la Varenne was pre-eminent in fashioning electricity as a properly medical tool, thus excluding natural philosophers and amateurs from its legitimate practice. Not only does this process have institutional and professional dimensions but it also deals with cultural representations in the scientific and medical fields of knowledge and with the behaviour and practices of both the patients and practitioners. We underline the authority of the patients in ther organisation of their own treatment and their being active in the medicalisation process. During the 1780s, there is a sharp social shift in the use of medical electricity, which is thereafter targeted towards the urban poor, in order to regenerate the Nation and put them back to work. Focusing on a single therapeutical means allows us to cross traditional boundaries between the history of medical ideas, social history of the patients and practitioners and cultural history of representations thus integrating the history of medicine to the wider field of Enlightenment history.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.