A contre courant : les Etats-unis ont gagné- à domicile- leur guerre du/au Vietnam

par Francisco Nsingui Barros

Thèse de doctorat en Sciences Politiques

Sous la direction de Quang Bui-Xuân.

Soutenue le 28-10-2011

à Paris 10 , dans le cadre de École Doctorale de Droit et de Science Politique (Nanterre) .

Le président du jury était Jean-Marie Demaldent.

Le jury était composé de Quang Bui-Xuân, Jean-Marie Demaldent, Joseph Bemba, Antoine Gazano.

Les rapporteurs étaient Joseph Bemba, Antoine Gazano.


  • Résumé

    Une récente floraison de livres parus sur The Vietnam War/la “Guerre du Vietnam” rassemblant études universitaires, témoignages d’acteurs et analyses stratégiques oblige à remettre en chantier une affirmation trop vite assénée : pour être parti sans gloire d’un théâtre d’opérations très éloigné de leurs véritables intérêts domestiques, les Etats-Unis ont - peut-être - perdu dans cette guerre un peu de leur belle image et de leur crédibilité dans un épisode certes marquant et médiatisé de leur histoire militaire et nationale. Mais l’intérêt de la présente recherche est de montrer que les Etats-Unis, à cause de ou suite à la guerre du/au Vietnam, sont restés ce qu’ils ont été depuis la formation de la nation américaine jusqu’à aujourd’hui grâce à leurs fondamentaux institutionnels et leurs constitutifs nationaux : Constitution, Loi, Prospérité, Puissance, Mission, Intervention, Influence, Pesée. Ce qu’ils ont été hier demeure aujourd’hui et sera encore là demain à cause des Héritages assumés même dans des Redondances conjoncturelles (Première Partie: Prolégomènes) puis, malgré la pesanteur des Evénements, croisant Pertes et Profits dans un conflit, la sauvegarde de l’essentiel (Deuxième Partie: Polarisations) par le retour aux Fondamentaux.Dans la longue histoire des Etats-Unis, la guerre du/au Vietnam n’est pas seulement une guerre perçue comme abominable ou comme “juste”, mais “juste une guerre”. Dans la balance des pertes et profits, cette guerre offre néanmoins une formidable grille de lecture de ce que ce pays a sauvegardé d’essentiel, de substantiel dans chaque épreuve : gagner contre le mauvais sort en faisant confiance à son “destin manifeste”. En attendant que l’Histoire tranche en définitive.

  • Titre traduit

    Against the tide : the United states have won -at home- their war of/on Vietnam


  • Résumé

    A recent flowering of books published on The Vietnam War,that brings together researchers, testimonies of actors and policy analysis requires a re—affirmation too fast asserted. To leave without glory of a theater of operations far from their domestic and true interests, the United States - perhaps — in this war lost some of their good image and credibility in an episode that, of course, marks and media coverage of military history and national levels. But the interest of this research is to show that the United States, because of or after the war /Vietnam, remained what they were since the creation of the American nation until today 'Today thanks to their fundamental institutional and national constituent: Constitution, Law,Prosperity, Power, Mission Statement, Influence, Weighing. What they were yesterday and today remains will still be there tomorrow because of Inheritance assumed even in cyclical redundancy (PartI: Prolegomena) and, despite the gravity of events, crossing Profits and Losses in a conflict, the backup the bulk (Part Two: Polarization) by the return to basics.In the long history of the United States, War/ Vietnam War is not only seen as heinous or as "fair",but "just war". In the balance of profit and loss, the war still offers a great reading grid of what this country has saved essential, substantial in each race: to win against bad luck by trusting his "manifest destiny". Until history has a final word.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.