Présence et influence iranienne dans les régions pontiques des origines à la chute de l’Empire achéménide

par Hamid Bikas Shourkaei

Thèse de doctorat en Histoire et archéologie des mondes anciens

Sous la direction de Pierre Chuvin.

Le président du jury était Žālah Āmūzgār.

Le jury était composé de Pierre Chuvin, Žālah Āmūzgār, Rémy Boucharlat, Philip Huyse.

Les rapporteurs étaient Rémy Boucharlat, Philip Huyse.


  • Résumé

    La présence iranienne dans les régions pontiques, bien qu’apparaissent de manière incidente dans de nombreuses études, n’a jamais fait l’objet d’une thèse de doctorat. Ce travail de thèse se propose de retracer l’histoire de la présence des Iraniens dans les régions pontiques des origines à la chute de l’Empire achéménide. Dans la première partie de notre thèse, nous passons en revue les discussions les plus récentes sur l’origine, les stades de la formation et la répartition des populations nomades iranophones dans les steppes eurasiatiques. Nous nous penchons notamment sur les rasions du passage au grand nomadisme pastoral monté de ses tribus à l’aube du Ier millénaire avant J.-C. Dans la deuxième partie de notre thèse, nous retraçons d’abord l’histoire du peuple cimmérien, puis nous traitons in extenso du problème de leur appartenance linguistique et anthropologique. Dans cette partie sont également examiné l’origine de la culture de la Scythie du Pont, l’établissement des Scythes en Asie antérieures et leur retour aux steppes nord-pontiques. A la fin de cette partie, nous reprenons l’analyse de la première légende d’origine des Scythes rapportée par Hérodote et nous tentons, en utilisant la méthode comparative dumézilienne, de démontrer que les éléments constitutifs de cette légende sont la résurgence et l’assemblage de schémas narratifs des mythes fondateurs des peuples iraniens. La troisième partie de notre thèse est consacrée à l’étude de la présence iranienne dans les régions pontiques à l’époque achéménide. Nous nous appliquons à dresser le portrait historique de ces espaces géographiques sous la domination achéménide et nous tentons d’identifier les traces de l’occupation achéménide ainsi que les « marqueurs » de la présence iranienne dans ces régions. Les documents de natures diverses et complémentaires permettent de confirmer non seulement la présence iranienne, mais aussi la profondeur des contacts inter-culturels entre les Iraniens de la diaspora impériale, les Grecs et les populations locales de ces régions.

  • Titre traduit

    The Iranian presence and influence in the Pontus regions from the origins to the fall of the Achaemenid Empire


  • Résumé

    The thesis studies the presence and influence of the Iranian peoples and tribes in the Pontus region from the origins to the fall of the Achaemenid Empire. While the sedentary Iranian people have been the center of attention, this work focuses firstly on the nomadic Iranian peoples originally living in western Siberia and who moved later in the north-Pontic region. In the absence of Cimmerian and Scythian written documents, the first part of thesis attempts to reconstruct a historical narrative of the migration and invasion of these people through the references made to them in ancient Greek and Assyrian texts, as well as by archaeological evidence. Modern debate about the Cimmerians’ linguistic and ethnic affiliation continues at a lively pace, for the existing documentation is both sparse and full of contradictions. Nonetheless, the inclination today is to consider them as an Iranian people. The second part of thesis traces the history of Scythian tribes in the North Pontic region. The first Scythian legend of origin, as related by Herodotus is studied and it is suggested that this legend incorporates typical features of Iranian legends of origin. The third part of the thesis studies the history of Pontus regions in the Achaemenid period and attempts to evaluate the impact of Persian and Iranian presence there. This part discusses the political status of the Pontus regions within the Achaemenid empire and attempts to determine the nature and the level of political incorporation of these regions into Achaemenid administrative organization. The work concludes by reviewing the written, archeological, artistic and various other sorts of evidence which suggests that there was not only a permanent presence of Persians and Iranians of the imperial diaspora, but also a considerable impact by the Achaemenid political and cultural influence in the Pontus region. This was due to the intense intercultural exchange between these Iranians and local populations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.