Rôles de l’attachement dans le développement de psychopathologies à l’adolescence

par Anne-Sophie Deborde

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Raphaële Miljkovitch.

Soutenue en 2011

à Paris 10 .


  • Résumé

    Alors que les premiers symptômes de troubles psychiatriques apparaissent à l’adolescence, les études étiologiques portent rarement sur cette période. Dès sa formulation de la théorie de l’attachement, Bowlby avait postulé que les relations précoces influençaient la construction des capacités de régulation émotionnelle et étaient déterminantes pour prévenir le développement de troubles psychiatriques. Les recherches empiriques ont montré les liens entre attachement et psychopathologies, alexithymie et psychopathologies et enfin attachement et alexithymie, mais aucune n’a articulé ces trois variables entre elles. Une 1ère étude, menée dans un échantillon de 107 adolescentes présentant des troubles psychiatriques (versus 107 témoins) a montré que l’attachement (sécurité et modèle de soi) prédit l’alexithymie et que ces deux variables constituent des facteurs de protection au développement de troubles psychiatriques à l’adolescence. Une 2ème étude a confirmé ce résultat dans une population clinique plus ciblée, composée de 54 adolescentes présentant un Trouble de la Personnalité Borderline (TPB, vs 51 témoins). Enfin, une 3ème étude a montré une prévalence d’attachement désorganisé dans une population de 30 adolescentes présentant un TPB (vs 31 témoins). Une analyse discriminante a indiqué que, parmi les dimensions d’attachement mesurées, l’inhibition à la mère, l’insécurité au père et le nombre de relations désorganisées prédisent l’appartenance au groupe clinique ou témoin pour 90% des participantes. Ce résultat souligne que ce sont les effets cumulés de la relation insécure à chaque parent qui fragilisent les adolescentes, particulièrement quand celle-ci est désorganisée.

  • Titre traduit

    Roles of attachment in the development of psychopathology in adolescence


  • Résumé

    Although early psychiatric symptoms usually appear in adolescence, etiological studies seldom concern this period of life. Since his first writings on attachment theory, Bowlby posited that early ties impact emotional regulation capacities and are thus determining for preventing psychopathology. Empirical findings have evidenced associations between attachment and psychopathology, alexithymia and psychopathology and between attachment and alexithymia, but none articulate these three variables together. The first study —conducted on a sample of 107 adolescents with psychiatric disorders (versus 107 controls)— suggests that attachment (security and model of self) predicts alexithymia and that both these variables are protective factors in the development of psychiatric disorders in adolescence. The second study confirmed this finding on a more specific clinical sample composed of 54 adolescents with borderline personality disorder (PBD, vs 51 controls). The third study evidenced high prevalence of disorganized attachment among borderline adolescents (N=30 vs 31 controls). Discriminant analysis showed that among the attachment dimensions considered, deactivation towards the mother, insecurity with the father and the number of disorganized relationships predicted group membership (clinical vs control) for 90% of the participants. This finding points to the cumulative effect of each attachment relationship, which increases adolescent vulnerability when disorganized.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (220 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.156-174

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-115
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.