Á l’ombre des Faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des Chemises noires (1922-1943)

par Christophe Poupault

Thèse de doctorat en Histoire du monde contemporain

Sous la direction de Emilio Gentile et de Didier Musiedlak.

Le président du jury était Robert Frank.

Le jury était composé de Emilio Gentile, Didier Musiedlak, Robert Frank, Olivier Dard, Luca La Rovere, Maurizio Serra.

Les rapporteurs étaient Olivier Dard, Luca La Rovere.


  • Résumé

    La problématique de ce travail interroge les modalités, les objectifs et la nature des voyages effectués par des Français en Italie fasciste et dans ses colonies de 1922 à 1943. L’introduction présente les fondements historiographiques et méthodologiques de cette étude, à la croisée de l’histoire politique et de l’histoire culturelle des relations franco-italiennes. La première partie traite du mouvement général des voyageurs français en Italie, de la façon dont le régime a transformé la vision traditionnelle de la Péninsule et présente l’élaboration d’une typologie des voyageurs, réalisée à partir de la motivation principale d’un déplacement. La deuxième partie examine à l’aune des recherches récentes le processus de perception et de compréhension du « modèle fasciste » par les contemporains français qui sont entrés en contact direct avec les pratiques et les réalisations du régime, la façon dont ce dernier a vanté « son modèle » et les analyses qui en ont découlé. La vision de Mussolini fait aussi l’objet d’une étude, notamment à partir des très nombreuses audiences qu’il a accordées. La troisième partie s’attache à montrer, de manière chronologique, que les voyageurs partisans d’une entente franco-italienne ont été des acteurs des relations bilatérales. Face aux blocages de la diplomatie, ils ont mis en place des réseaux paradiplomatiques pour encourager une alliance et ont fait de « la latinité » un concept très fédérateur.

  • Titre traduit

    In the shadow of the Fasci. French Travel in the Italy of the Blackshirts (1922-1943)


  • Résumé

    The problematic of this work interrogates the modalities, the objectives and the nature of journeys made by French people to fascist Italy and its colonies from 1922 to 1943. The introduction presents the historiographical and methodological foundations of this study, at the crossroads of the political history and the cultural history of Franco-Italian relations. The first part analyses the general movement of French travellers within Italy, how the political regime transformed the traditional perception of the Italian peninsula and presents the elaboration of a typology of the travellers from the principal motivation of a journey. The second part examines in the light of recent research the process of perception and comprehension of the « fascist model » by the contemporary French people who had direct contact with the practices and the achievements of the political regime, from the way its boasted « its model » and from the analyses that ensued. Mussolini’s vision has also been the subject of a study, evidenced particularly in the very many interviews he granted. The third part endeavours to show, in a chronological way, that the travellers who were in favour of a Franco-Italian entente have been active players in bilateral relations. In the face of diplomatic blocking, they put paradiplomatic networks in place in order to encourage an alliance and made « Latinity » a most federative concept.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.