Palestine et écriture

par Catherine Lecoutre

Thèse de doctorat en Littératures comparées

Sous la direction de Abdelwahab Meddeb.

Soutenue le 21-06-2011

à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Sylvie Parizet.

Le jury était composé de Abdelwahab Meddeb, Sylvie Parizet, Guy Dugas, Benjamin Stora.

Les rapporteurs étaient Guy Dugas, Benjamin Stora.


  • Résumé

    Cinq auteurs nous permettent d’avoir une vision plurilatérale du conflit israélo-palestinien, aussi notre travail porte-t-il sur l’étude comparative de textes de Mahmoud Darwich, d’Edward Saïd, David Grossman, Jean Genet, et Philip Roth. Pour chacun, nous avons choisi un texte qui traduit leur rapport avec ce conflit, et au-delà leur lien avec un territoire et un peuple. C’est de ce lien dont il est question : soit l’écriture reflète, chez certains auteurs, les liens familiaux, ancestraux, originaires qui lient l’écrivain à sa communauté. Soit l’écriture étend ses marges vers d’autres nouages pour trouver des « branchements » en dehors du même. Entre les deux attitudes se jouent deux conceptions du politique, deux acceptations différentes du « démos » de la démocratie ; l’acceptation ou non de l’étrangeté. Ce sont alors également deux approches différentes de la littérature. Celle-ci n’a pas forcément à perpétuer nos « représentations » mais à les questionner pour que s’ouvre un autre rapport à l’autre et à nous-même. Les représentations dominantes chez les uns et les autres, chez les Israéliens comme chez les Palestiniens, sont marqués par un fantasme de plénitude qui exclut toute approche de l'autre. Le texte littéraire, inspiré de ces jeux de miroir avec le politique, devrait défaire ce fantasme afin que l'accès à l'autre et à sa reconnaissance soit libre.

  • Titre traduit

    Palestine and writing


  • Résumé

    Five authors provide give us a vision of plurilateral Israeli-Palestinian conflict. Our work also focuses on the comparative study of texts of Mahmoud Darwish, Edward Saïd, David Grossman, Jean Genet, and Philip Roth. For each of them, we chose a text that reflects their relationship to this conflict, and beyond their relationship with a territory and a people. This link is in question: is the writing reflects some authors, family ties, ancestral origin that binds the writer to his community. Either writing extends its margins to other knotting to find "connections" outside the same. Between the two attitudes are two conceptions of politics, two different meanings of "demos" of democracy and acceptance or not of strangeness. It then also two different approaches to literature, it did not necessarily perpetuate our "representations" but question them in order to open another relative to each other and ourselves that is no longer conditioned by them. Against the cult of the full and full of fantasy players raging on both sides of the Israeli-Palestinian conflict, the literary text and the political will revise each other, so we can perhaps due recognition of otherness.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.