Inégalités d’accès à l’information sur internet

par Yahya Hsaïni

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Michel Arnaud.

Soutenue en 2011

à Paris 10 .


  • Résumé

    Internet contribue-t-il à réduire ou à renforcer les inégalités sociales et culturelles ? L’accès à l’information est-il vraiment en train de se démocratiser ? Les inégalités installées par la culture de l’écrit se perpétuent-elles à travers la culture de l’écran ? Les deux premiers chapitres tentent d’apporter des réponses à ces questions, dans la ligne des enquêtes récentes de divers organismes publics indépendants qui constatent la persistance d’inégalités dans l’équipement des foyers en NTIC et leurs usages d’internet. Par rapport à ces enquêtes effectuées nationalement, nous proposons une microanalyse à partir d��un questionnaire soumis à 100 personnes dans cinq lieux d’accès à internet des Hauts-de-Seine, et sur des tests de compétence exécutés par 36 usagers. Notre échantillon ne se veut pas représentatif du département, notre propos étant de cerner les difficultés d’accès à l’information sur internet au sein de populations défavorisées. À côté de trois lieux d’accueil de personnes en difficultés (Nanterre : Maison des chômeurs, Centre social et culturel des Acacias, école d’enseignement personnalisé Studia 92), nous avons fait une place à une population standard (médiathèque d’Issy et cybercafé de Vanves). Les questions visaient à mesurer des variables sociales (sexe, âge, niveau scolaire, diplôme, catégorie socio-professionnelle ou CSP, CSP du père, origine géographique), des variables de pratiques informatiques (équipement et usages d’internet), et d’autres pratiques culturelles (lecture, radio, etc. ). Des indicateurs pertinents ont été établis, qui font apparaître, entre autres, que le diplôme et la CSP influent sur les usages des NTIC et les goûts culturels des enquêtés. Les tests de compétence ont permis d’évaluer des tâches de maniement de l’ordinateur et de navigation sur le web. Ils ont été confrontés aux déclarations des questionnaires sur les difficultés rencontrées dans l’appropriation et l’usage des NTIC. Les tests ont corroboré les résultats du questionnaire, et notamment l’indicateur CSP / compétences d’usage. L’ensemble des résultats confirme des inégalités récurrentes dans les usages d’internet et les pratiques culturelles en fonction de déterminants sociaux comme l’âge, le diplôme, la catégorie socioprofessionnelle, et révèle l’incidence de l’origine géographique sur de nombreuses pratiques. Si la culture de l’écrit reste la voie reine pour accéder à l’information sur internet, la reproduction sociale des inégalités sociales et culturelles n’est pas automatique. La variable d’origine géographique, par exemple, a mis en évidence l’importance de la culture de l’oral pour accéder à l’information : le tâtonnement par l’essai-erreur qui est une technique d’appropriation courante dans les sociétés d’Afrique noire, favorise le maniement de l’ordinateur même chez les Français africains de deuxième génération. Dans le chapitre 3, ces résultats ont été confrontés aux théories et aux enquêtes d’autres chercheurs travaillant dans ces domaines (Meirieu, Perriault, Bourdieu, Granjon, Donnat, Lahire, etc. ). L’accès au savoir est-il une affaire individuelle, de pédagogie, de contexte social, ou de variables sociales ? Nos résultats ont montré l’influence déterminante des variables sociales, mais il faut prendre en considération la pédagogie et l’individu dans l’accès au savoir et à la culture. Les conclusions soulignent un apport aux sciences de l’information et de la communication en matière d’analyse des cultures de l’oral, de l’écrit et de l’écran, et proposent des pistes pour améliorer l’accès à l’information et au savoir sur internet.

  • Titre traduit

    Inequalities of access to the information on internet


  • Résumé

    Does Internet reduce social and cultural inequalities or make them stronger? Is really the access to information becoming more accessible? Are the inequalities established by writing culture going on through screen culture? The first two chapters try to give answers to these questions, following recent inquiries from various independent public organisms which record persistent inequalities in the ICT home equipment and the corresponding internet use. With regards to these inquiries conducted nationally, we propose a microanalysis from a list of questions submitted to 100 persons in five places giving an acess to internet in the Hauts-de-Seine department, and from ability tests executed by 36 users. Our sample is not meant to be representative of the department; our purpose is in fact to screen the difficulties for accessing to internet information in the underprivileged populations. Besides three places where underprivileged persons are received (Nanterre : House of unemployed persons, Social ad cultural center « les Acacias », School of individualized teaching Studia 92), we have given a part to a standard population (Médiathèque of Issy and Internet cafe of Vanves). The questions strived for the measurement of social variables (sex, age, scolar level, diploma, socioprofessional category or SPC, father’s SPC, geographical origin), variables of computer practices (internet equipment and use), and other cultural practices (reading, radio, etc…). Relevant indicators were established, which shows, among other things, that the diploma and the SPC affect the uses of ICT and the cultural liking of the investigated persons. Ability tests allowed to measure the computer handling tasks and web surfing. They were compared to the statements of the questionnaires about the difficulties met in the appropriation and use of the ICT. The tests corroborate the questionnaire results, and particularly the SPC/use skills indicator. The whole results confirm recurrent inequalities in internet uses and cultural practices, contingent on social determinants as age, diploma, SPC, and brings to light the effect of the geographical origin on many practices. If the writing culture remains the main way to access to the internet information, the social and cultural reproduction of social inequalities is not automatic. The geographical origin variable, for instance, has shown the importance of oral culture in the access to information: the trial and error experimentation which is a current way for assuming ownership of techniques in the black African societies, promotes the computer handling even for the second generation of French Africans. In the third chapter, these results were compared to theories and inquiries of other researchers working in this domain (Meirieu, Perriault, Bourdieu, Granjon, Donnat, Lahire, etc. ). Does the access to the knowledge depend on individual matter, on educational methods, on social context, or on social variables? Our results have shown the crucial influence of social variables, but we have to take into account the educational methods and the individual in accessing to knowledge and culture. The conclusions underline our contribution to information and communication sciences in terms of analysis of oral, writing and screen cultures, and offer ways to improve an access to information and knowledge on internet.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (392 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.381-384. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-059
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.