Narrations contemporaines de l’errance : R. Bolaño, V.S. Naipaul et J.-M. G. Le Clézio

par Mélanie Potevin

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Jean-Marc Moura.

Soutenue en 2011

à Paris 10 .


  • Résumé

    L’objectif principal de cette étude est de mettre en valeur les caractéristiques d’une « poétique de l’errance » dans le roman contemporain en nous appuyant sur l’analyse comparée de trois écrivains appartenant à des aires linguistiques et culturelles différentes. Le choix de V. S. Naipaul (Trinidad, 1932), R. Bolaño (Chili, 1953-2003) et J. -M. G. Le Clézio (France, 1940) repose sur la volonté de confronter trois types d’errance : postcoloniale, narrative et exotique. Pour comprendre l’errance, il était nécessaire de prendre en compte les définitions de l’exil et du nomadisme : l’exile défini par la critique postcoloniale (E. Said, H. Bhabha) et le nomadisme utilisé par G. Deleuze et F. Guattari constituent un point de départ incontournable. Ainsi, l’errance a pu être considérée comme une manière « d’être au monde » qui ne dépend pas nécessairement du déplacement géographique. La poétique de l’errance se caractérise avant tout par la fragmentation : fragmentation du territoire, de l’identité du personnage, de la narration. Le sentiment d’être de « nulle part » des personnages issus de la colonisation chez Naipaul, la recherche des origines chez Le Clézio et l’éclatement du Sujet chez Bolaño sont les marques d’un « entre-deux » identitaire (in-between, H. Bhabha) qui aboutit à la construction d’un « troisième espace » : un lieu imaginaire (le rêve, l’activité littéraire) ou réel (Londres chez Naipaul ou le désert chez Bolaño et Le Clézio) qui permet au personnage d’assumer son errance. Les trois types d’errance se rejoignent autour de la notion « d’effacement du Sujet », qui a pour conséquence d’accorder plus d’espace à la mise en contact et à la confrontation avec « l’Autre ».

  • Titre traduit

    Contemporary narration of the exile : R. Bolaño, V. S. Naipaul, J.-M. G. Le Clézio


  • Résumé

    The main purpose of this study is to point out the characteristics of the “poetics of exile*” by comparing three writers from different linguistic and cultural areas. The choice of V. S. Naipaul (Trinidad, 1932), R. Bolaño (Chile, 1953-2003) and J. -M. G Le Clézio (France, 1940) is due to the will to compare three different types of exile: the postcolonial, the narrative and the exotic. To understand the exile, it was necessary to analyze other terms connected with travel writing such as “wandering” and “nomadism”: the exile defined by postcolonial critics (E. Said, H. Bhabha) and the nomadism used by G. Deleuze and F. Guattari was our starting point. Thus, the exile has been considered as a way “to be in the world” that does not necessarily depend on a geographical journey. The poetics of exile is marked by fragmentation: of the territory, of the characters’ identity, of the narrative. The feeling of being from “nowhere” of the characters which come from the colonies in Naipaul, the research of origins in Le Clézio and the explosion of the Subject in Bolaño, are the marks of the “in-betweennes” of their identity (H. Bhabha) that leads them to the construction of a “third space”: an imaginary place (dream, literary activity) or a real one (London in Naipaul or the desert in Bolaño and Le Clézio) that allow the characters to assume their exile. The three types of wandering share the idea of the “disappearance of the Subject”, which as a consequence gives greater prominence to the “Other”. The term wandering exists but doesn’t have the same meaning of the French word errance. Even if charged with political meaning, we had rather use the word “exile”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (331 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.303-322. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-049
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.