L'utopie du non genre : la Queer Theory à l’épreuve de la Res publica

par Alessandra Pendino

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Shmuel Trigano.

Soutenue en 2011

à Paris 10 .


  • Résumé

    Consacrée à la réception française de la théorie queer, la recherche s’inscrit dans le cadre d’une sociologie politique de la connaissance. Si la relecture du post-structuralisme dont Foucault, Deleuze ou Derrida constituent les figures emblématiques connaît un envol spectaculaire à partir des années quatre-vingt-dix aux Etats-Unis, elle peine en revanche à s’implanter efficacement et durablement dans le paysage intellectuel français. L’objet de cette thèse consiste donc à identifier les principaux sites de résistance à la pénétration du paradigme en France à travers une triple axiomatique historique, généalogique et épistémologique. Destiné à inscrire l’émergence de la pensée queer dans le cadre d’un continuum, le premier axiome constitue un travail de périodicisation s’employant à identifier les étapes fédératrices qui jalonnent son histoire. Visant à instruire la filiation théorique de la pensée queer dans le cadre d’un triple héritage, celui de la psychanalyse, du post-structuralisme et du féminisme deconstructionniste, la deuxième partie propose une modélisation du substrat de la théorie en tant que perspective utopique. Opérant un retour sur la problématique centrale, l’étude révèle l’échec partiel de la théorie au sein de la recherche française et du discours militant. L’examen du tissu explicatif laisse apparaitre l’existence de clivages irréductibles, reposant sur des fondements anthropologiques et politiques culturellement sacralisés, dont la remise en cause permet de dévoiler comment la théorie queer se heurte à une disciplinarité et une histoire particulière, celle d’un (post)-structuralisme, devenu tabou, interdisant le retour de sa propre filiation.

  • Titre traduit

    Non Gender Utopia : Queer Theory to the test of Res publica


  • Résumé

    Dedicated to the french reception of Queer Theory, research comes within the scope of the political sociology field of knowledge. If the rereading of Poststructuralism, whose figureheads are Foucault, Deleuze, ord Derrida, is spectacularly growing since the eighties in the USA, it has difficulties to establish itself in a efficient and durable way in the French intellectual landscape. The goal of this thesis is to identify the main sites of resistance to the establishment of this specific paradigm in France through historical, genealogical and epistemological axioms. Aimed to set the emergence of Queer thinking in a continuum, the first axiom composes a work of contextualization trying to identify the main stages which make up its history. Showing the theoretical relation of Queer Theory as a triple legacy, psychoanalytical, Poststructuralism and deconstructionist feminism, the second part builds a model of the content of the theory as a utopian perspective. Coming back to the central problematic, the study reveals the partial failure of the theory in the French research as well as in the militant discourse. The observation of explanatory factors shows the reality of irreconciliable gaps. These are based on anthropological and political foundations, culturally regarded as sacred, which, when questioned, help to unveil how Queer Theory clashes with both a disciplinarity and a specific history, that of (Post)structuralism, which became a taboo, thus forbidding the return of its own legacy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (498 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.483-498

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-040
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.