Le théâtre de Thomas Ostermeier : en quête d’un réalisme nouveau à l’appui de quatre mises en scène de pièces d’Henrik Ibsen

par Jitka Pelechová

Thèse de doctorat en Arts du spectacle : Théâtre

Sous la direction de Jean-Louis Besson.

Soutenue le 28-04-2011

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Georges Banu.

Le jury était composé de Jean-Louis Besson, Georges Banu, Claude Jamain, Jean Jourdheuil, Nikolaus Müller-Schöll.

Les rapporteurs étaient Georges Banu, Claude Jamain.


  • Résumé

    Le travail théâtral (de 1994 à 2010) du metteur en scène allemand Thomas Ostermeier est ici étudié : à travers son parcours professionnel (de la période de sa formation à l’École Ernst-Busch à sa direction du théâtre de la Schaubühne de Berlin, en passant par celui de la Baracke), à travers ses choix esthétiques (sur le répertoire et la recherche de la narration, la revalorisation du récit, la direction d’acteurs, etc.) et ses collaborations principales avec le dramaturge Marius von Mayenburg et le scénographe Jan Pappelbaum, et à travers l’analyse des quatre représentations des pièces de l’auteur norvégien Henrik Ibsen : Une Maison de poupée (Nora) en 2002, Le Constructeur Solness en 2004, Hedda Gabler en 2005 et John Gabriel Borkman en 2008. Il en ressort le constat que le théâtre de Thomas Ostermeier résulte d’un subtil mélange d’influences diverses et variées, jusqu’alors souvent considérées comme opposées, contradictoires et incompatibles entre elles : les théories de Stanislavski, Meyerhold et Brecht coexistent et leurs procédés artistiques sont appliqués de façon complémentaire. Ceci est particulièrement visible dans le jeu des comédiens et, à l’appui et resitué dans les scénographies architecturées de Jan Pappelbaum, cet assemblage donne des œuvres artistiques d’un réalisme tout particulier, “contrarié”, qui devient même un signe distinctif du travail du metteur en scène, lequel a rencontré jusqu’à aujourd’hui un très grand succès public.

  • Titre traduit

    The Theater of Thomas Ostermeier : In Search of a New Realism, on the Example of four Representations of Henrik Ibsen’s Plays


  • Résumé

    This thesis studies the theatrical work (from 1994 till 2010) of the German stage director Thomas Ostermeier: through his professional career (from the period of his studies at the Ernst-Busch School, to his direction of the Baracke Theater and later to that of the Theater of Schaubühne Berlin), through his aesthetic choices (concerning his repertoire, his search for the stories and for the narration, his directing of actors, etc.) and his major collaborations with the playwright Marius von Mayenburg and the set designer Jan Pappelbaum, and finally through the analysis of his four representations of the plays of the Norwegian playwright Henrik Ibsen: A Doll's house (Nora) in 2002, The Master Builder Solness in 2004, Hedda Gabler in 2005 and John Gabriel Borkman in 2008. The thesis shows that the theater of Thomas Ostermeier results from a subtle mixture of diverse and varied influences, until then often considered as opposite, contradictory and mutually incompatible: the theories of Stanislavski, Meyerhold and Brecht coexist and their artistic methods are applied in a complementary manner. This is particularly visible in the acting of the comedians and, while situated in the architectonical sets by Jan Pappelbaum, this mixture bears artistic works of a very particular, “perturbed” realism, which becomes even one of the distinguishing features of the work of Thomas Ostermeier, which met until today an important public success.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.