« Les Guenilles humaines » ou les aveux du corps. Poétique de la révélation psychophysiologique dans l’œuvre d’Émile Zola

par Sophie Ménard

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Jean-Louis Cabanès et de Véronique Cnockaert.

Le président du jury était Anne Elaine Cliche.

Le jury était composé de Jean-Louis Cabanès, Véronique Cnockaert, Anne Elaine Cliche, Marie-Rose Scarpa, Geneviève Sicotte.

Les rapporteurs étaient Marie-Rose Scarpa, Geneviève Sicotte.


  • Résumé

    Cette thèse entreprend de lire l’œuvre d’Émile Zola au regard d’une poétique de la révélation psychophysiologique. Elle tente de saisir la structure, scientifique et imaginaire, des rapports analogiques et métaphoriques du corps et de l’esprit, qui s’élabore autour de la problématique de l’aveu. L’établissement de correspondances entre le physique et le psychique, entre le musculaire et l’émotionnel, entre l’osseux et le penchant, entre le tressaillement et la passion, entre la saillie et le talent signale l’intérêt boulimique des sciences de l’homme au XIXe siècle pour le parallélisme, la séméiologie et la taxinomie. Il manifeste surtout l’idée d’un langage symbolique révélateur de l’intériorité de l’individu. Émile Zola n’échappe pas à cet attrait pour les fonctions éloquentes et indicatives du corps qui anime son époque. La vérité en régime naturaliste est produite par le corps, car sur lui et en lui se lisent les phénomènes de la psyché, qui sont successivement conscients et inconscients. L’examen des manifestations psychophysiologiques dans le roman zolien montre l’importance de la motricité automatique dans les processus de révélation. L’activité spontanée du physique et de la psyché signale l’inexprimable, l’inconnu et l’indicible du personnage. Cette étude s’intéresse donc aux mises en scène des discours de vérité et des « paradigmes indiciaires » (Ginzburg) du corps à la lumière des rituels d’aveux élaborés par la psychiatrie et la religion durant le XIXe siècle.

  • Titre traduit

    “Les Guenilles humaines” or confessions of the body. Poetic of psychophysiological revelation in Émile Zola’s works


  • Résumé

    This master’s thesis undertakes Émile Zola’s work towards a poetic consideration and the psycho-physiology revelation. It attempts to explain the structure, scientist and imaginary, of the analogical and metaphoric connections of the body and the spirit, which elaborate around the problems of the confession. During all the 19th century, the establishment of conformity between the physical and the psychic indicates the interest of the human sciences for the parallelism, the semiology and the taxonomy. It expresses especially the idea of a revealing language, symbolic of the interiority of the individual. Émile Zola does not escape this attraction for the eloquent functions from the body which animates the era. The truth in naturalist regime is produced by the body, because on him and in him are read the phenomena of the psyche, which are successively conscious and unconscious. The examination of the psycho-physiological demonstrations in the zolien novel depicted the importance of automatic mobility in the process of revelation. The spontaneous activity of the physical appearance and the psychic indicates the inexpressible one, the unknown and the indescribable of the character.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.