Psychanalyse appliquée aux représentations picturales des camps de concentration nazis

par Thomas Lamquin

Thèse de doctorat en Psychopathologie psychanalytique

Sous la direction de Dominique Cupa.

Le président du jury était Michèle Bertrand.

Le jury était composé de Dominique Cupa, Michèle Bertrand, Laurent Ottavi, François Richard, François Villa.

Les rapporteurs étaient Laurent Ottavi, François Richard.


  • Résumé

    Ce travail de thèse porte sur la question de l’existence de représentations, sous forme picturale (dessins, peintures…), exécutées par certains sujets pendant leur internement dans les camps de concentration nazis, dans un contexte de traumatisme extrême, considéré comme de l’ordre de l’irreprésentable. A partir d’une étude de cas de trois sujets dessinateurs/trices, et de leur production picturale, abordée selon la méthode de la psychanalyse appliquée au sens d’André Green, une réflexion peut s’amorcer autour de l’hypothèse d’une autoconservation, différenciée, physique et psychique. Afin de la mener à bien sont résumées les représentations historiques après-coup, puis cernées la problématique du traumatisme extrême dans les camps de concentration et la création d’un point de vue psychanalytique avec des auteurs tels que Freud, Férenczi, Winnicott, Roussillon, Green, Bertrand, Zaltzman, Cerf de Duzeele, Waintrater et Cupa. Les résultats amènent à constater l’existence chez ces sujets d’une aire intermédiaire qui leur a permis de conserver une activité représentationnelle particulière. Celle-ci constitue un travail de représentation de la surréalité déréalisante du camp, principalement utilisé dans une autoconservation psychique. Inscrit dans un fil de culture, de filiation et d’historicisation, il participe d’un travail de liaison intrapsychique et intersubjectif ainsi que d’une lutte contre la désintrication pulsionnelle. Des fantasmes omnipotents d’éternité sous-jacents aux dessins vont de pair avec, dans l’activité, une coexcitation libidinale qui ouvre sur la question d’une éventuelle sublimation

  • Titre traduit

    Psychoanalysis applied to pictorial representations of nazi concentration camps


  • Résumé

    This thesis begins with noticing that pictorial representations (e.g. drawings or paintings etc.) in nazi concentration camps have been made by some subjets while imprisonment, in a massive traumatism, usually thinked as a non-representable situation. From a three drawers and drawings study, imcompletely by Andre Green’s applied psychoanalysis method, reflexion can occur with the hypothesis of a dissociated physical and psychic self-preservation in that context. To achieve this goal, historical nazi camps differed representations, massive traumatism and creation, are detailed in a psychoanalytic viewpoint with Freud, Ferenczi, Winnicott, Roussillon, Green, Bertrand, Zaltzman, Cerf de Duzeele, Waintrater and Cupa as main authors. Results show the existence of an intermediate space that enabled these subjets to keep a specific representational activity. It’s mainly a representation work of the camp overreality in a psychic self-preservation way. This work is an internal and external connection work, in a culture and filiation link, that struggles against drive defusion. Eternity and omnipotent fantasy, libidinal coexcitation underly drawings and pictorial activity. They interrogate about a possible sublimation

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.