Analyse techno-fonctionnelle des industries à pièces bifaciales aux pléistocènes inférieur et moyen en Chine

par Erika Bodin

Thèse de doctorat en Préhistoire

Sous la direction de Eric Boëda et de Yamei Hou.

Le président du jury était Jean-Laurent Monnier.

Le jury était composé de Eric Boëda, Yamei Hou, Jean-Laurent Monnier, Alain Tuffreau, Hubert Forestier, Youping Wang.

Les rapporteurs étaient Jean-Laurent Monnier, Alain Tuffreau.


  • Résumé

    Les industries à pièces bifaciales découvertes en Chine font actuellement l’objet d’interprétations opposées. L’une d’elle, de plus en plus souvent proposée, considère les pièces bifaciales chinoises comme les témoins d’une diffusion à partir de l’Occident. Le modèle traditionnel proposant un isolement technico-culturel de l’Asie de l’Est, matérialisé la « ligne de Movius », serait alors erroné. Ce regroupement des industries à pièces bifaciales chinoises au sein du complexe « acheuléen » ne fait pas l’unanimité et l’hypothèse d’une réinvention locale est également envisagée. Ces hypothèses contradictoires reflètent les lacunes des cadres méthodologiques et conceptuels employés pour l’étude de ces industries. L’approche retenue pour cette étude vise à restituer les intentions placées dans la réalisation de l’outillage par le biais d’une analyse techno-fonctionnelle. Les sites retenus appartiennent à une période comprise entre 1Ma et 500ka : Yangwu, Gaolingpo et Nanbanshan, dans le bassin de Bose (région autonome du Guangxi Zhuang) et les sites de Lantian et Liangshan Longgangsi (province du Shaanxi).Les résultats de l’étude mettent en évidence l’existence de deux traditions techniques distinctes entre le centre le sud de la Chine. Il existe une forte variabilité entre le matériel des deux régions, perceptible par la quasi-absence de schèmes de débitage dans le bassin de Bose et par des différences importantes de composition de l’outillage. Mais surtout, les pièces bifaciales du centre et du sud ne montrent aucune similitude structurelle, technologique ou fonctionnelle. Bien que regroupées sous une même appellation, ces pièces sont des outils différents. Sur un plan diachronique, l’existence en Chine d’industries reposant sur des schèmes de débitage et sur des schèmes de façonnage autour de 2Ma montre la possibilité d’une évolution des lignées techniques à partir d’un substrat technique local. Après 500ka, le phénomène bifacial persiste, mais n’évoluera pas vers des formes plus techniquement investies. Sur un plan spatial, une comparaison avec le matériel bifacial découvert ailleurs en Asie montre que les industries à pièces bifaciales coréennes présentent des similitudes avec les industries chinoises postérieures à 500ka. Par contre, aucun lien n’apparait avec les phénomènes bifaciaux indiens et mongols.Les industries à pièces bifaciales chinoises n’entretiennent pas de lien avec le complexe acheuléen et résultent d’un phénomène de convergence technique. Les phénomènes bifaciaux asiatiques montrent une variabilité temporelle et spatiale bien plus importante qu’habituellement envisagé.

  • Titre traduit

    Techno-functional analysis of biface-bearing industries in lower and middle pleistocene China


  • Résumé

    Lately discovered Chinese biface-bearing industries are subject to opposite interpretations. Literature increasingly suggests that Chinese bifaces can be seen as a witness of diffusion from the West. The traditional model, stating a techno-cultural isolation of Asia, embodied in the “Movius Line” would thus be questioned. This assimilation of biface-bearing industries within the “Acheulian complexe” is far from achieving unanimous backing and the hypothesis of a local reinvention is also proposed. These conflicting hypotheses reveal the gaps in the methodological and conceptual frameworks used to study these industries.The chosen approach for this study aims at restoring the goals underlying the production of the tool kit through a techno-functional analysis. Chosen sites belong to a period ranging from 1Ma to 500ka : Yangwu, Gaolingpo and Nanbanshan, located in Bose basin (Guangxi Zhuang), and Lantian and Liangshan Longgangsi sites (Shaanxi province).The outcomes of this contribution bring to light the presence of a well-marked geographical discrimination between the technical traditions observed in the South on one hand and the center of mainland China on the other. A strong variability is underlined between the two areas by the virtual absence of débitage schemes in Bose basin and considerable divergence in the composition of the tool-kits. Significantly, bifacial pieces from the South and the Center show no structural, technological or functional similarities. Even though gathered under one denomination, it is clear that we are dealing with two different kinds of tools. From a diachronic perspective, the existence in China of industries relying on both débitage and shaping schemes around 2Ma indicates the possibility of bifacial technical lineage evolution from a local technical substrate. After 500ka, the bifacial phenomenon still exists but won’t evolve toward more technically invested tools. From a spatial perspective, a comparison with bifacial industries discovered elsewhere in Asia demonstrates that Korean biface-bearing industries bear similarities with Chinese industries after 500 ka. However, Chinese industries don't seem to be linked with Indian and Mongol bifacial phenomena.Chinese bifacial industries show no connexion with the Acheulian complex but rather represent a technical convergence. East-Asia bifacial phenomena involve much stronger variability through time and space than generally considered.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.