Le travail au Moyen Âge en Castille (1252-1350) : Réalités, représentations et désignations

par Dalila Hadj-Salah

Thèse de doctorat en Langues et littérature romanes. Espagnol

Sous la direction de Bernard Darbord.

Soutenue en 2011

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le travail est une activité humaine si normale et quotidienne au Moyen Âge qu’il ne semble pas utile pour les intellectuels médiévaux de se pencher sur ce qu’il donne à penser. On préfère réfléchir et écrire sur Dieu, la noblesse et la chevalerie. Jusque-là tournée vers le sud, la Castille finira par affirmer son identité chrétienne au fil des succès de la Reconquête qui, dans ces années 1252-1350, se stabilise pour dessiner une péninsule largement entre les mains des rois castillans. Pourtant l’importance que ce concept revêt aujourd’hui, incite à nous interroger sur la place qu’il occupait dans la civilisation médiévale. Il s’agit de rechercher comment la question du travail était abordée en nous appuyant sur une réalité socio-économique rapportée par les historiens. Nous croiserons cette réalité avec ce que nous disent les auteurs de l’époque, à travers des écrits aussi divers que les Siete Partidas, le libro de las confesiones, le Libro de los estados et le Libro de buen amor. Enfin, nous nous intéresserons aux mots employés pour désigner le concept. Les conditions économiques ne font pas du travail une valeur car la richesse provient en premier lieu de la terre et de la guerre. Mais la multitude de mots pour le désigner, obrar, labrar, parfois trabajar, parle pour lui. C’est ce qui motive notre réflexion malgré l’avertissement de Jacques le Goff pour qui : «Le travail n’est pas un bon sujet pour le Moyen âge »

  • Titre traduit

    Work in the Middle Ages in Castile (Spain) (1252-1350) : Reality, representation and designation


  • Résumé

    Working is such a normal and daily human activity in the Middle Ages that the medieval intellectuals thought it was not necessary to consider it. They preferred to think and to write about God, nobility and knighthood. So far oriented towards the south, Castile will affirm its christian identity all along the many Reconquista successes, drawing a peninsula widely in Castile kings’good hands. However, this concept is so important nowadays that we have to question how it was taking place in the medieval civilization. The question is about how work was approached as a concept through a socio-economical reality described by the historians. We shall crosscheck this reality with what authors at that time wrote : Siete Partidas, Libro de las confesiones, Libro de los Estados, Libro de Buen Amor. Lastly, we’ll consider the employed words designating the concept. Economical conditions didn’t consider work as a real value because wealth came first from earth and war. But the numerous words to designate it, labrar, obrar, sometimes trabajar, stand for it. It’s definitely what motivates our research, in spite of Jacques Le Goff’s warning : “Work is not a good subject for the Middle Ages”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (378 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.351-368. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T11 PA10-008

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.