L'Église et le nationalisme polonais : la fusion ou l'interaction

par Małgorzata Olucha Bien

Thèse de doctorat en Études slaves

Sous la direction de Aleksandr Sergeevič Lavrov.


  • Résumé

    Les relations entre l’Église et le nationalisme sont l'objet des études présentées dans cette thèse. Il s'agit de l’Église catholique dans sa dimension polonaise pas globale. Le nationalisme concerne l'ensemble des sentiments patriotiques et nationaux qui permettent à une nation de se définir ainsi que de se différencier des autres nations. L’Église catholique était présente dans la nation polonaise depuis son baptême en 966 et pendant des siècles la corrélation entre les deux changeait, se transformait en devenant finalement la coexistence spécifique et unique dans son genre. L’Église et la nation polonaise étaient parfois très proches, en se manifestant par la même voix, la même opinion. Parfois cette fusion n'était pas complète, les intérêts mutuels n'étaient pas les mêmes et le nationalisme dans la nation prenait la direction différente de l'avis de l’Église. La thèse a été divisée en trois principales parties. La première partie concerne la naissance du nationalisme polonais contemporain. La renaissance de l’État polonais après la première guerre mondiale en 1918 a complètement changé la façon de voir le nationalisme comme l'idéologie et le nationalisme comme les sentiments formant la nation. Il était nécessaire d'évoquer les principaux représentants du nationalisme polonais ainsi que leur participation à la création de la nation polonaise. Les noms de Roman Dmowski et Józef Piłsudski ont été mentionnés plusieurs fois car ces deux personnages ont fortement influencé le nationalisme et la nation elle-même. La partie concernant la formation de l'idée nationale avant et après la première guerre mondiale était importante car elle expliquait comment la nation privée de son indépendance pendant des décennies a réussi à créer son propre nationalisme qui a laissé les traces dans les esprits intellectuels des Polonais et qui s'est révélé après 1989. Le nom de l'un des nationalistes principaux en Pologne-Roman Dmowski a été comparé également avec l'autre esprit brillant de l'époque- Charles Maurras. La comparaison était nécessaire pour deux raisons: prouver les conditions différentes du nationalisme polonais par rapport au mouvement nationaliste en Europe de l'époque ainsi que montrer les similitudes de deux personnages différents mais souvent très proches. Les personnes qui ont donné aux idées nationalistes de leurs pays une nouvelle voie qui marquera ces pays, chacun à sa manière, pour plusieurs générations. L'étude sur l’Église et le nationalisme polonais ne peut pas être complète sans une large réflexion sur la période socialiste en Pologne entre 1945-1989. Cette époque montre le plus la relation extraordinaire entre les Polonais et le catholicisme. Le socialisme réel en Pologne était pour l’Église et pour la nation, l'épreuve du caractère, de l'identité et de la responsabilité morale. L’Église et derrière elle l'épiscopat, était l'un des personnages principaux des événements qui ont marqué les années 1945-1989. Le caractère du catholicisme polonais ainsi que le rôle qu'il joue dans la société polonaise ont été définis. Les Polonais étaient confrontés à une situation difficile, périlleuse même et ils ont trouvé le moyen pour s'en sortir- leur foi, profondément enracinée dans la culture et dans la tradition du pays. C'est grâce aux personnalités comme le cardinal primat Stefan Wyszyński ou le cardinal Karol Wojtyła (prochain Jean Paul II ) que l’Église polonaise a gardé sa place dans la réalité socialiste, en préservant le fondement moral de la nation. Cependant, l’Église et la Pologne entière ont subit beaucoup de transformations à la suite du changement du système après 1989. Les deux devaient s'accommoder dans le monde nouveau, dans le monde de la démocratie libérale. L’Église et la nation étaient obligées de « se refaire » dans le nouveau système politique, leurs relations devaient être revissées et reconstituées afin de garder l'union qui reliaient les deux. Les difficultés liées avec la transformation du système, le chaos des premières années de la démocratie en Pologne ainsi que les modifications de la mentalité polonaise sont le sujet de la troisième partie de cette thèse. L’Église avant et après 1989 n'est plus la même, la nation n'est plus la même, tout a changé même si, de l'extérieur, rien n'a changé dans le comportement des Polonais à l'égard de l’Église catholique. La religiosité polonaise reste l'une des plus intenses dans le monde mais le rôle de l’Église et du catholicisme a considérablement changé durant vingt dernières années. C'est surtout dans la vie quotidienne des Polonais que les changements sont les plus remarquables. Il ne suffit pas de chercher ce qui a évolué en suivant du près les statistiques concernant la religiosité mais il faut observer ce qui se passe dans la culture, dans les médias pour pouvoir répondre à la question où est-elle aujourd'hui l'union entre l’Église catholique et le nationalisme qui est le reflet de la vie intérieure de la nation. Le travail ici évoqué contient également les statistiques qui ne montrent pas seulement les transformations au sein de la société polonaise mais aussi les facteurs qui influencent les changements dans la perception de la religion chez les Polonais, comme par exemple le métier, l'âge, le lieu d'habitation, etc. Il était souhaitable, selon l'auteur, d'ajouter quelques tableaux historiques représentant de façon évidente la liaison entre les Polonais et leur foi. Ces ouvres ne sont qu'une toute petite partie de l'héritage culturelle de la Pologne, l'héritage où le catholicisme a remarquablement établi sa place. Il y a cependant quelques sujets qui n'ont pas été abordés dans le texte. Il s'agit surtout de problème d'antisémitisme en Pologne avant la deuxième guerre mondiale ainsi que de l'étude approfondie sur le travail de Jean Paul II dans l'établissement de la démocratie en Pologne. En ce qui concerne l'antisémitisme polonais la question est très complexe et très délicate, assez pour pouvoir constituer le sujet principal de la thèse doctorale. Étudier ce problème risquerait de s'éloigner du sujet général de la thèse sans parvenir à l'essentiel de la discussion. Une partie des arguments évoqués ci-dessus concerne aussi la question sur Jean Paul II. De plus, étudier la vie et le travail de quelqu'un comme lui ne serait pas suffisant sans analyse de ses textes ecclésiastiques. Les recherches sous cet angle n'étaient pas essentiels pour le sujet principal de cette thèse et pourraient éventuellement embrumer l'objet autour duquel le texte a été concentré- l’Église et le nationalisme polonais, la relation entre les deux qui oscille entre la fusion et l'interaction.

  • Titre traduit

    Church and nationalism in Poland : merger or interaction


  • Résumé

    The relationships between Church and Nationalism are the subject of the studies presented in the thesis. We talk about the Roman Catholic Church in its particular dimension. The Nationalism concerns all the patriotic and national feelings which allow a nation to define and distinguish itself from other nations. Roman Catholic Church was part of the Polish nation since its baptism in 966 and, during centuries, the correlation between both evolved to become a specific and unique coexistence. The Church and the Polish nation were sometimes very close, talking with one voice. Sometimes this merger was not complete, the mutual interests were different and the nationalism in the nation took a different direction from that wanted by the Church. The thesis was divided in three main parts: The first part relates to the birth of the contemporary Polish Nation. The revival of Poland after the First World War in 1918 completely modified the way of seeing the nationalism as an ideology and the nationalism as the feelings fashioning the nation. It was necessary to evoke the main representatives of the Polish nationalism as well as their commitment in the creation of the Polish nation. The names of Roman Dmowski and Joseph Pilsudski were mentioned several times as these two characters strongly influenced the nationalism and the nation itself. The part relating to the development of the national idea before and after the first World War was very important because it explains how the nation deprived of its independence during decades succeeded in creating its proper nationalism that left a deep impression behind Polish intellectual minds after 1989. The name of one of the main nationalists in Poland - Roman Dmowski - was compared to the other spirit glittering with the time - Charles Maurras. The comparison was evident for two reasons : point out the differences between the nationalism in Poland compared to the nationalist movement in Europe and insist on the likeness of the two very close characters : people who showed a new way to nationalist ideas in their countries for decades. The study on the Church and the Nationalism may not be completed without a wide reflexion on the socialist era in Poland between 1945 and1989. The Poles and the Catholicism had a very close relationship at that time. For the Church and for the Nation, Socialism in Poland was considered as mind trial, identity and moral responsibility. The Church and behind her the Episcopate was one of the main characters of the events over the years 1945-1989. The character of the polish catholicism together with its role in polish society were defined. At that time Poleswere facing a precarious way of living. However, they found in their faith deeply rooted in the culture and the traditions the way to get out of it. Thanks to Cardinal Stefan Wyszyński or Cardinal Karol Wojtyła (John Paul II ) the Polish Church strengthened its position in the socialist reality by preserving the moral foundation of the nation. However both the Church and the Nation were subject to major transformations following changes in the system after 1989. They had to get together and face the new liberal democracy system while preserving their union. The difficulties bound with the transformation of the system, the chaos of the first years of the democracy in Poland as well as the modifications of the Polish mentality are the subject of the third part of this thesis. The Church before and after 1989 is no more the same. The nation is no more the same. A lot changes occured event if, from the outside, the behavior of the Poles towards the Roman Catholic Church remains the same. The Polish religion is one of the most fervent in the world but the role of the Church and the Catholicism considerably changed during the last twenty years. The changes are more remarkable in the Polish way of life. It is not enough to look at what evolved by following the statistics concerning religiosity but it is necessary to observe what happens in the culture, in the media to be able to answer the question: where is the union between the Roman Catholic Church and the Nationalism today? The Thesis also contains statistics that show not only the processing within the Polish society but also the factors which influence the changes in the perception of the religion at the Poles, as for example, the job, the age, the place of living, etc… According to the author, it was preferable to add some historic boards representing in an evident way the connection between the Poles and their faith. These works only represent a small part of the inheritance of Poland, inheritance where the Catholicism outstandingly established its position. Some subjects were not approached in the text. It concerns problems of antisemitism in Poland before the Second World War and the study of the role of John- Paul II in the establishment of democracy in Poland. For what concerns the Polish anti-semitism, the question is somehow complex and very tough, far enough not to constitute the main subject of the doctoral thesis. To carry out the study would risk to go away from the general subject of the thesis and fail to reach the heart of the discussion. Some of the arguments mentioned above concern John-Paul II. Studying the life and the work of such a character is useful if you don’t make an analysis of his ecclesiastical texts. The researches were not essential for the main subject of the thesis and could have cloud the object over which the text was concentrated – the Church and the Polish Nationalism, the relation between both which oscillates between merger and interaction.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (353 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 345-351, sitographie f. 352-353

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 3729
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.