Wittgenstein : l'envers de l’œuvre

par Laurence Aly

Thèse de doctorat en Psychanalyse

Sous la direction de Pierre-Gilles Guéguen et de Fabienne Hulak.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    Dans L'envers de la psychanalyse, Lacan déclare que la philosophie de Wittgenstein est une extraordinaire parade à la vérité du maître que cache le désir de savoir dans le discours universitaire. Nous montrons qu'à la différence des philosophes qui veulent capter le désir de l'autre en occupant la place du Grand Autre, Wittgenstein ne veut pas sauver la vérité, ce qui ne va pas sans une position subjective psychotique pour autant que la vérité chez lui, n'est pas un roc mais bien plutôt ce dont il ne veut rien savoir. Aussi philosophe-t-il sans la vérité, déjouant ainsi ce qui s'impose de la vérité du symptôme et s'opposant à tout mi-dire. Rien ne peut se dire d'elle car il faudrait pour ce faire occuper une position d'extériorité par rapport au langage : la vérité est identifiée à l'indicible de telle sorte qu'elle se trouve être neutralisée. Nous faisons ainsi apparaître que l'opération wittgensteinienne force la vérité à se taire: elle procède du rejet de l'inconscient. Sur son pommier, nous dit Lacan, il n'y a pas de fruit : son œuvre n'est pas faite pour plus-de-jouir et tue le désir de savoir en débusquant le croire dans le savoir. Aussi, philosopher sans la vérité est aussi bien un nom de sinthome pour autant que s'y découvre une jouissance opaque qui exclut le sens-joui dans la mesure où celui-ci se trouve court-circuité par les butées logiques que Wittgenstein découvre dans le langage comme limite artificielle du sens: il y a de l'inexprimable. Notre discussion finale porte sur la question de savoir si Wittgenstein incarne le sinthome: peut-il l'incarner dès lors qu'il bride sa parole par le féroce impératif: « Sur ce dont on ne peut parler, il faut se taire »?


  • Résumé

    In his Seminar XVII, Lacan says that Wittgenstein's philosophy is a special reply to the truth of the master hidden by the desire for knowledge within the university discourse. We wish to show that, contrary to the philosophers’ tendency to capture the other’s desire by occupying the place of the Big Other, Wittgenstein does not want to save the truth, which does not go without a psychotic subjective position in as much as the truth, from his standpoint, is not a rock but much rather what he does not want to know anything about. In that light, he philosophizes without the truth, thus thwarting that which, about the truth of the symptom, cannot be escaped, and opposing any half-saying. Nothing about it can be said, because to do so one should place oneself outside of language : the truth is identified with the unspeakable in such a way that it gets neutralized. We thus reveal that Wittgenstein’s operation forces the truth to silence : it proceeds from the rejection of the unconscious. On Wittgenstein’s tree, says Lacan, there are no fruits : his work is not done for more-of-to enjoy and kills the knowledge by hunting out the belief contained in it. Thus, to philosophize without the truth is tantamount to a name of sinthome in so far as, in it, clears up an opaque enjoyment which excludes the enjoyed-sense since it is short-circuited by the logic stops that Wittgenstein finds out in the language as an artificial limit of meaning : there is inexprimable. Our final discussion concerns the question of whether Wittgenstein embodies the sinthome : can he embody it since he bridles his word by the fierce imperative : "Whereof one cannot speak, thereof one must be silent"

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 258-263

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 3432
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.