Pour une éducation populaire politique : à partir d’une recherche-action en Bretagne

par Alexia Morvan

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Jean-Louis Le Grand.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur des pratiques d’éducation populaire contemporaines articulées à une intention d’éducation au politique. J’interroge dans ces expériences les pédagogies susceptibles de stimuler des processus d’émancipation individuelle et collective dans une visée de transformation sociale au début du XXIème siècle. J’inscris d’abord cet objet dans une longue perspective pour proposer une histoire politique de l’éducation populaire au sein de la société française capitaliste démocratique. J’indique ensuite comment l’acception de termes comme « politique » et « démocratie » peut varier selon les courants de pensée et quelles approches de l’éducation au politique se sont forgées plus particulièrement en milieu scolaire1. Je problématise alors l’éducation populaire politique avec la question centrale de l’émancipation en regard d’une critique de la démocratie élective et du capitalisme au début du XXIème siècle. Quelles démarches collectives d’apprentissage et de réflexion critique issues des milieux de l’éducation populaire permettent de faire conflit à l’endroit des formes de domination contemporaines et d’œuvrer à leur dépassement ? J’explore cette problématique au travers d’une recherche-action initiée de 2003 à 2007 par un groupe d’acteurs de l’éducation populaire en quête d’une « éducation au politique » en Bretagne, et de son prolongement sous la forme de l’action d’une coopérative d’éducation populaire (Le Pavé) de 2007 à 2010. Cette étude empirique fournit des enseignements sur les conditions, défis et originalités d’une telle éducation populaire politique

  • Titre traduit

    Towards a political popular education : a popular education research-action in Brittany


  • Résumé

    Analysing what happened to the popular education movements during the end of the XIXth century and the XXth century allows one to think that it turned more into playing a role of domestication than being a mean of emancipation for its public. Understanding how these institutions evolved during a century and a half towards political matter, helping to explore what were the practices of popular education in an emancipatory perspective. Political education at school has been emphasized very recently in France by Meirieu1 and explored by Mougniotte2, as a kind of education for democracy or education for citizenship, going further than classical civic instruction proposed for pupils. But its practice promotes only a citizenship of low intensity. Whereas the concept of popular political education assumes a connection with strong democracy. It links the heritage of critical education with the dimension of collective action. This kind of education is seeking how people can not only learn to read politically the world but also how to find a way of righting it3. My thesis examines the case of an action research which emerged from a group of twenty popular educators in 2003 in Brittany on this issue : how can popular education contribute to political education ? This experience led in 2007 to the creation of a new organization and new practices of popular education promoting political education, as a contribution to strong democracy. This empirical study gives elements on the conditions of such political popular education, its originality, difficulties and effects.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 5 vol. (632, [195], [157] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 600-628

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3170/1,2,3,4,5
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.