La concurrence technologique par les normes : l'exemple des Télécommunications en Europe

par Sobinson Yves Ralainirina

Thèse de doctorat en Economie

Sous la direction de Alain de Tolédo.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    A l’ère de l’innovation permanente, un nouveau jeu concurrentiel émerge. La fixation des normes des télécommunications permet d’illustrer celui-ci. La concurrence technologique est vue à travers une triangulation. Elle consiste à ajouter une concurrence d’influence à la concurrence traditionnelle entre les firmes. C’est la verticalisation de cette concurrence. En Europe, cela passe par des institutions organisées comme l’ETSI. C’est un processus fermé. La première phase est horizontale ; elle a lieu entre les firmes ou groupes de firmes ayant effectué au préalable des alliances, au niveau de l’innovation. La deuxième phase implique outre les firmes, d’autres acteurs se trouvant au niveau des instances de normalisation. L’exercice du pouvoir et la pratique du lobby y sont permanents. La troisième phase est elle aussi, horizontale ; elle a lieu au niveau des marchés et porte sur la norme votée dans l’instance de normalisation. L’institutionnalisme est la seule démarche qui permet d’expliciter ce phénomène à travers quatre concepts, que sont la récursivité des relations entre les institutions et la technologie, la perspective toujours duale entre la technologie et la production, l’omniprésence des transactions en rapport avec les organisations qui existent dans la structure économique, et enfin l’interaction de ces organisations dans la concurrence.

  • Titre traduit

    Technological competition by the standars : the example of telecommunications in europe


  • Résumé

    At the era of the permanent innovation, a competing new handset emerges. The process of standardization in the sector of telecommunications illustrates this one. Technological competition is seen through a triangulation. It consists in adding a competition of influence to traditional competition between the firms. It is the verticalisation. In Europe, that passes by institutions like ETSI. It is a closed process. The first phase is horizontal competition; it has place between the firms or groups of firms having carried out alliances as a preliminary, on the level of the innovation. The second phase implies in addition to the firms, other actors on the level of the authorities of standardization. The practice of power and lobbying are permanent there. The third phase is it also, horizontal; it takes place on the level of the markets and relates to the standard voted in the authority of standardization. Institutionalism is the only step which makes it possible to clarify this phenomenon through four concepts, which are the recursivity of the relations between the institutions and technology, the always dual prospect between technology and the production, the omnipresence of the transactions in connection with the organizations which exist in the economic structure, the interaction of these organizations in competition.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (306 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 272-294

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3062
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.