Devenir soi-même à l’école maternelle : l’isolement volontaire de l’élève dans la construction de son autonomie

par Anna Athanasopoulou

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Dominique Ottavi.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    L’enfant qui se socialise progressivement se retire volontairement et ponctuellement au sein de l’école maternelle, à distance ou à proximité des autres, en effectuant des activités solitaires créatrices et constructives de soi considérées comme des formes d’isolement. L’objet de cette étude est de mettre en évidence l’isolement au cours de la construction de l’autonomie de l’élève. Afin d’approfondir l’étude de l’isolement en tant que phénomène du processus d’autonomisation, nous nous appuyons tout d’abord sur des études de la philosophie et de la psychanalyse relatives à la solitude. Nous examinons ensuite les théories de la psychologie du développement puis nous construisons la problématique à travers une analyse des recherches de la psychologie sociale. Un rappel historique et une analyse des finalités de l’institution de la maternelle dans les textes officiels du Ministère révèlent une confusion des missions éducatives de même que l’accent mis sur le social. La réalité socio-scolaire des élèves isolés est explorée à travers les travaux des chercheurs de la sociologie de l’éducation. Le rapport entre l’isolement volontaire de l’enfant et la construction de son autonomie est précisé à l’aide de l’ethnographie et, plus particulièrement, par le biais des entretiens ainsi que d’une observation participante dans des écoles de la Région parisienne. Les enseignantes s’expriment en faveur de l’isolement de l’élève dans leurs classes ou contre cet isolement, qui est considéré comme un trouble psychologique ou comme une résistance contre la scolarisation. En s’isolant en collectivité, l’enfant révèle aux autres leurs limites, manifeste son originalité et construit son autonomie.


  • Résumé

    The child who socializes gradually withdraws voluntarily and momentarily in kindergarten, at a distance or close to others, taking part in solitary, creative and self constructive activities considered as forms of isolation. The purpose of this study is to show the significance of isolation during the construction of the student’s autonomy. In order to elaborate the study of isolation as a phenomenon of the autonomy process, we first consult studies concerning solitude in philosophy and psychoanalysis. We then examine theories in developmental psychology and we construct our subject through an analysis of researches in social psychology. A historical review and an analysis of the goals of the kindergarten institution in official documents of the Ministry reveal a confusion of the educational missions as well as an emphasis on the social factor. The social reality of school’s isolated students is explored through the work of researchers in sociology of education. The relationship between the child’s voluntary isolation and the construction of its autonomy is specified using ethnography as a methodological tool and, in particular, through interviews and participant observation in schools in the Region of Paris. The analysis shows that teachers are in favor or against the isolation of students in their classrooms, which in the second case, is considered a psychological disorder or as a resistance against schooling. By isolating in the community, the child reveals to others their limitations, indicates its originality and its autonomy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (445 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 422-442

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3036
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.