Le mariage juif et le mariage musulman au Maroc entre tradition et modernisation : Approches sociologique et juridique

par Mustafa salmi

Thèse de doctorat en Études hébraïques et juives

Sous la direction de Gidéon Kouts.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    Le mariage est étudié en tant qu’institution sociale fortement marquée par le religieux. Le contexte général est celui du processus de sécularisation. Il s’agit d’apprécier les retombées de ce phénomène sur l’évolution du mariage. La sécularisation est inhérente à l’adhésion des deux communautés, à la modernité, selon des rythmes différents et à des degrés divers. Les rites et les célébrations présentent de grandes ressemblances entre les deux communautés. Cela tient à l’importance de leur patrimoine culturel commun dû à une cohabitation multiséculaire. La modernisation s’est traduite par une simplification des cérémonies et des tenues vestimentaires. Le mariage fait l’objet également d’une approche juridique, incluant l’étude du divorce et des successions. Renouant avec l’Idjtihad, l’Islam marocain a modernisé ses codes à deux reprises : en 1957-1958, en promulguant la première Moudawwana, et en 2004 en réformant celle-ci de façon conséquente. Ce dernier texte fait l’objet d’une analyse circonstanciée qui en souligne les grandes avancées, mais sans perdre de vue ses limites. La comparaison avec les takanots par lesquels le droit rabbinique a adapté l’ancien droit hébraïque montre un souci commun aux deux religions de traduire en nouveaux statuts l’évolution des modes de vie. Ces adaptations n’ont néanmoins pas proclamé l’égalité totale entre les sexes sur le plan législatif. C’est que les deux droits restent attachés à des normes d’essence religieuse au nom desquelles rabbins et fouqahas ne reprennent pas à leur compte toutes les interpellations fondées sur l’universalité des droits de l’homme. Ce travail tient compte du renouvellement de la position de ces problèmes inhérent à la phase « post-islamiste » qui laisse entrevoir de nouvelles avancées législatives et aux débats plus généraux sur la « post-modernité » qui ménagent plus de place pour les questions spirituelles et au facteur religieux.


  • Résumé

    The marriage is studied as a social institution strongly influenced by the religious aspect of it. The general context is one of a secularization process. It is about appreciating the effects of this process on the evolution of marriage. The secularization depends on the membership of both communities, on modernity, and on their different rhythms and to varying degrees of integration. There are many similarities between both communities’ rites and celebrations. It is due to the importance of their common cultural heritage and a multi-secular cohabitation. Modernization translated into a simplification of ceremonies and clothing atires. Marriage is also the object of a legal approach, including the study of divorce and successions. Taking up with Idjtihad, the Moroccan Islam has modernized its codes twice: once in 1957-1958, by promulgating the first Moudawwana, and then in 2004 by reforming it dramatically. This last text is the object of an elaborate analysis which underlines its great advancement, but without losing sight of its limits. The comparison with the takanots by which the rabbinical law adapted the ancient Hebraic law shows a common concern by both religions to translate the evolution of lifestyles into new statutes. Nevertheless, these modifications did not proclaim equality of status between the sexes on the legislative plan. It is because both rights remain attached to standards of religious standards in the name of which rabbis and fouqahas do not take into account all the questioning on the universality of human rights. This work takes into account the renewal of these problems which is inherent to the phase "post-Islamist. " This work leaves more space to some legislative headway and relates on the general debates on "post-modernity" and touches upon more spiritual questions and on the religious aspect.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([9] f. de pl.-375 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 299-303

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 3021
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.