Zola et l'inconscient

par Sébastien Niel

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises

Sous la direction de Pierre Bayard.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    Zola est un grand écrivain de la folie. Ses œuvres décrivent les processus psychiques et inconscients de l’esprit humain. Il a dépeint les forces archaïques qui traversent le corps et ravagent le psychisme de ses personnages. On pourrait s’attendre à ce que ces puissances correspondent au modèle freudien qui oppose les forces d’Eros et de Thanatos. Or, il n’en est rien. L’écrivain naturaliste dévoile les conflits pulsionnels dans les différents milieux sociaux de la société du Second Empire. Ces forces animent la vie psychique groupale. La première puissance est la pulsion germinale. Elle soude le groupe, affaiblit le moi et maintient la survie de l’espèce. Cette énergie ne disparaît jamais. Rien ne meurt vraiment. Tout revient à la vie. Face à cette puissance germinale, le personnage s’appuie sur les forces létales pour nier sa nature pulsionnelle. Ce sont des forces de repli qui coupent le personnage du groupe et le déterminent à se marginaliser. Il peut sombrer dans le délire mystique, voire dans l’alcoolisme. Pour s’émanciper du joug de la pulsion germinale, l’être zolien s’appuie sur ses appétits, forces égoïstes qui l’entraînent à sombrer dans l’individualisme le plus radical. Ce nouveau modèle pulsionnel (pulsion germinale, pulsion de repli, appétits) permet de rendre compte des angoisses archaïques comme l’effondrement psychique, révèle les motifs secrets de Jacques Lantier dans La Bête humaine, donne un nouveau point de vue sur les interactions sociales dans tout groupe humain. Zola rend visible la présence des forces archaïques dans les institutions modernes.


  • Résumé

    Zola's body of work proves his strength as a great writer of madness. His novels describe the inner workings of the human mind woven within unconscious thoughts. Through his characters, Zola depicts primal energies that pass through the body and drive spirits mad. One would expect that those powers correspond to the Freudian model that opposes the carnal instincts of Eros and Thanatos. It is nothing of the kind. The naturalist writer, Zola, reveals human drives concealed in the different social classes of France's Second Empire. These forces animate the interactions of their social lives. The first force is the germinal drive. It binds the social group together by inhibiting the ego from imperiling survival of the human species. This force of energy never vanishes. Nothing really dies, but all comes to life again. Confronted by this germinal drive, the character turns to his inner lethal power to deny his carnal nature. His psychosomatic nature forces retreat which in turn marginalizes him from the social group. Further influenced by the drive of retreat he can sink to different forms of marginalization such as alcoholism, or even mystical delirium. To set him free of the yoke of the germinal drive and the retreat drive, the character uses his appetites and selfish strengths to determine a way of life that becomes the most radical form of individualism. This new model allows us to understand primal anxieties such as the fear of breakdown, revealed by Jacques Lantier’s secret motivations (The Human Beast), leading to a new point of view on the psychological interactions of the social group. Zola permits us to see the presence of primal forces in modern institutions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (III-431f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 415-424

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2966
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.