Studies of the migration and homing of leukemic cells in live animals

par Agnieszka Jaracz-Ros

Thèse de doctorat en Biologie des cellules sanguines

Sous la direction de Paul-Henri Roméo.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Studies of the migration and homing of leukemic cells in live animals


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les perturbations de l'hématopoïèse peuvent mener au développement d'une leucémie mais les voies moléculaires jouant un rôle dans la leucémogenèse ne sont pas encore identifiés. Les traitements actuels des leucémies myéloïdes aigus (LMA) ne permettent pas d'éradiquer complètement les cellules leucémiques de la moelle osseuse chez certains patients ce qui fréquemment entraîne une rechute après le traitement de ces patients. Un modèle animal reproduisant la rechute d'une leucémie LMA a été utilisée pour étudier in vivo les événements initiaux qui se produisent lorsque les cellules leucémiques prolifèrent dans la moelle osseuse. Nous avons suivi in vivo, par endoscopie confocale, les étapes précoces d'initiation d'une leucémie dans la moelle osseuse des fémurs de souris Svl29 non-conditionnées après l'injection de 1000 cellules leucémiques syngéniques exprimant la protéine de fusion MLL-ENL (Mixed Lineage Leukemia-Eleven Nineteen Leukemia). Nous avons distingué deux phases au cours du développement de la leucémie : 1) une phase de latence, avec une prolifération faible et un nombre stable de cellules leucémiques détectables dans les fémurs, 2) une deuxième phase caractérisée par une prolifération des cellules leucémiques à l'intérieur de la diaphyse, puis une invasion progressive des épiphyses et des organes périphériques. Les expériences dans des souris conditionnées par y-irradiation ou celles de compétition entre cellules leucémiques dans des souris non-conditionnées ont indiqué que la prolifération mais pas la prise de greffe est un facteur limitant à la propagation des cellules leucémiques dans les épiphyses. Ces cellules leucémiques forment des grappes en bordure des vaisseaux sanguins et de la partie osseuse dans la diaphyse. Des cellules lymphoïdes B220+ ont été retrouvées au voisinage de ces grappes concomitamment à une diminution du nombre de cellules B220+ IgM+ dans les fémurs. Ainsi, l'invasion des cellules leucémiques MLL-ENL s'initie préférentiellement dans la diaphyse des fémurs et est précédée par des changements des populations lymphoïdes B. Ce travail in vivo a permis de montrer une activité suppressive de la population leucémique à rencontre de cellules hématopoïétiques normales au cours du développement d'une leucémie grâce à l'observation in situ des blastes leucémiques dans leur environnement naturel.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (162 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 386 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2011) 130
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.