Analyse de l'influence de la diversité des gènes et des molécules HLA non classiques sur la survenue de la maladie du greffon contre l'hôte après greffe de cellules souches hématopoïétiques

par Mohamed Wahid Boukouaci

Thèse de doctorat en Biologie des cellules sanguines

Sous la direction de Dominique Charron.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Analysis of the influence of non-classical HLA genes and molecules diversity with occurrence of graft versus host disease after hematopoietic stem cell transplantation


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH) s'accompagne souvent, durant la période post greffe, de complications sévères voir fatales, dont beaucoup d'entre elles sont connues pour être sous le contrôle des facteurs immunogénétiques. Ces facteurs génétiques incluent les antigènes majeurs et mineurs d'histocompatibilité ainsi que les polymorphismes des gènes de l'inflammation et de la réponse immunitaire. Etant donné le double rôle des molécules HLA classe I non classiques au niveau de la réponse innée et de la réponse spécifique (adaptative). Ces molécules sont susceptibles d'intervenir dans l'évolution de la GCSH. Dans un premier temps, nous avons évalué si le polymorphisme fonctionnel du gène MICA (MICA-129), ainsi que les taux sériques de MICA soluble (sMICA) et des anticorps anti-MICA (MICA-Ac) avant et après greffe de CSH pouvait influer sur l'incidence de la GVHDc et de la rechute. Nous avons trouvé que le génotype MIC A-129 Val/Val et un taux élevé de MIC As dans les sérums des patients après greffe sont indépendamment associés à l'incidence de GVHDc, alors que la présence des MICA-Ac avant la transplantation confère une protection contre cette complication. Il existe une relation inverse entre les MICA-Ac et MICAs, suggérant une neutralisation ou une séquestration de ces derniers par les anticorps. De même, ces caractéristiques génotypiques et phénotypiques de MICA influent sur l'incidence de la rechute. Ces données, génotypiques et phénotypiques, suggèrent que MICA pourraient être un biomarqueurs pertinents de la GVHDc. Dans un second temps, nous avons analysé l'impact potentiel des polymorphismes fonctionnels HLA-E 0103/OlOlet HLA-G insertion/délétion de 14pb sur la survenue de complications sévères après GCSH en situation géno-identique. Nos résultats suggèrent, d'une part, que l'état homozygote pour l’allèle HLA-E*0103 constitue un facteur génétique de protection contre la GVHDa et la TRM et contribue probablement à une meilleure survie, et d'autre part, que la faible expression de HLA-G liée à la présence de l'allèle Ins +14pb constitue un facteur de risque de la GvHDa sévère chez les patients qui ont reçu une greffe de moelle comme source de cellules souches.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (106 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 396 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2011) 018
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.