La manière et les effets du neutre : lire Blanchot dans les traces de Levinas et Derrida

par Laura Marin

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Christophe Bident et de Mircea Martin.

Soutenue en 2011

à Paris 7 en cotutelle avec l'Universitatea Bucuresti .


  • Résumé

    Cette thèse cherche à interroger une notion-clé des écrits de Maurice Blanchot, aussi bien difficile que délicate, et très peu mise en question par la théorie et la critique littéraires contemporaines : le neutre. Blanchot y reconnaît la condition essentielle de la littérature, mais cette notion semble se soustraire à toute approche théorique de type dialectique. Échappant à toute forme d'affirmation ou de négation, de présence ou d'absence, d'objectivité ou de subjectivité, comment peut-on alors s'y rapporter, comment s'en approcher, quel type de discours en permettrait une juste entente, philosophique et littéraire? Si une telle série de questions réclame une entente du neutre pour ainsi dire « frontale » et pas moins vouée à l'échec, j'ai tenté de l'aborder par le détour de ses effets en procédant, par des analyses ponctuelles, à une sorte de po(i)étique de la manière dont le neutre se présente chez Blanchot, de nature à rendre possible une double distanciation : d'abord, en deçà des effets de lecture et de pensée suscités par le neutre, comment se présente la lettre de Blanchot, de quel type de rhétorique se soutient-elle, dans les récits, les fragments et l'écriture «critique»? Je me suis ensuite intéressée à l'accueil que les œuvres de Levinas et Derrida réservent à la question du neutre : manière d'observer chez deux auteurs qui entretiennent avec l'œuvre de Blanchot un rapport difficile, le pli que font dans la pensée, l'entente, la distance et l'écriture, le long d'une lecture appelée ici dans les traces.

  • Titre traduit

    The manner and the effects of the Neuter : reading Blanchot in the traces of Levinas and Derrida


  • Résumé

    The Ph. D. Thesis The manners and the effects of the Neutral. Reading Blanchot in the traces of Levinas and Derrida aims at exploring the meaning and uses of a key concept in Maurice Blanchot's theoretical writings: the neutral, a notion difficult to seize and seldom discussed in recent literary theory. In Blanchot's view, the neutral is the fundamental ontological condition of literature, but to analyze his way of understanding it is a challenging task, since the neutral is impossible to tackle by means of a dialectic approach. In these circumstances, a direct conceptual analysis cannot but fail, and that is why I opted for a methodological reduction which enabled me to consider the neutral from an "oblique" perspective. The primary question my thesis tries to answer is therefore not "What is the neutral?", but "What does the neutral do?" (i. E. What are the effects it produces), and how (in what manner it acts). From my point of view, this strategy creates a double critical distance: on the one hand, the diverse consequences the neutral had in the field of post-war French literature and philosophy notwithstanding, it allows me to deal with Blanchot's writing, that is with the rhetoric it is based upon in both his fiction and his essays; on the other hand, my analysis of the place and reception of such a notion in Levinas' and Derrida's works allows me to understand and stress out the fold that critical insight, conceptual detachment and writing create in their thought, given their complex relationship with Blanchot's oeuvre.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (325 p.)
  • Annexes : 445 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2011) 080

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13027
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.